Colloque 2016

Évêques et communautés religieuses dans le royaume de France et ses marges (816-1563). Stratégies politiques, enjeux, confrontations. 

10-12 mai 2017, Université Grenoble-Alpes, MSH Alpes

Colloque introductif ANR Col&Mon

Dans le cadre du projet ANR COL&MON qui a pour principal objet l’analyse spatiale de l’implantation des communautés religieuses entre 816 et 1563 dans la confrontation ou le rapprochement entre réguliers et séculiers, les évêques sont le point de jonction entre ces communautés par leur rôle de chef de l’autorité diocésaine, de tutelle ordinaire. On s’attachera donc ici dans une perspective résolument comparatiste à envisager de manière conjointe monde canonial et monde monastique dans un large royaume de France incluant les diocèses périphériques (Flandre, Lorraine, Bourgogne comtale, Provence, Dauphiné) et à examiner la différenciation des attitudes des évêques envers les communautés monastiques d’un côté et canoniales de l’autre. La question est d’autant plus pertinente que si l’historiographie s’est récemment penchée sur la question de l’évêque et de son territoire ou celle de la spatialisation des pouvoirs épiscopaux, monastiques et canoniaux, elle s’est peu interrogée sur le positionnement de l’ordinaire vis-à-vis de la vie communautaire de son clergé diocésain et l’existence ou non de stratégies propres en lien avec des politiques ecclésiastiques plus globales. Par ailleurs, les communautés canoniales séculières relèvent systématiquement de l’autorité épiscopale (sauf de très rares exemples d’exemption) et n’ont donc que le diocèse pour cadre alors que les communautés régulières peuvent aussi relever d’une autorité extra diocésaine quand elles sont intégrées à une congrégation ou à un ordre, ou qu’elles sont exemptes. La dépendance plus ou moins grande des communautés régulières envers l’évêque les distinguent-elles alors les unes par rapport aux autres ? De même, les rapports avec l’évêque sont-ils différents entre des communautés dirigées hors diocèse comme les Clunisiens ou les couvents mendiants ? La spécificité des communautés féminines retiendra également l’attention et permettra de s’interroger sur l’existence ou non d’une politique épiscopale genrée.

Voir programme : Colloque_EvequesEtCommunautes_Programme_WebFINAL

Orateurs à l’âge de l’humanisme

« Orateurs européens à l’âge de l’humanisme : une autre histoire de la communication », réseau de recherche international UGA/CNRS

270px-the_young_cicero_reading

  • Lancement du séminaire: 16 janvier 2017
  • Lieu : Université Grenoble Alpes
  • Porteuses du projet à l’UGA : Estelle Doudet (Litt&Arts) et Ilaria Taddei (LUHCIE)

 

 

 

Soutenu par l’Institut universitaire de France, le CNRS (Paris IV-Centre Roland Mousnier) et l’UGA, ce projet vise à lancer un réseau de recherche international autour de l’histoire des pratiques médiatiques dans l’Europe de la première modernité (XIVe-XVIe siècle).

Il s’articule autour de l’orateur. Ce titre est alors souvent revendiqué dans les métiers de la parole (juristes, diplomates, acteurs, prédicateurs) ainsi que par les groupes qui revendiquent un usage légitime du discours d’intérêt public (autorités urbaines, marchands, intellectuels, etc.).

Notre hypothèse est que ce mouvement repose sur la combinaison de trois facteurs :

  • un cadre de pensée dominé par le renouveau de la rhétorique et de l’action oratoire ;
  • le développement de pratiques professionnelles et non-professionnelles de la parole publique, appuyée par des media comme le théâtre ou l’imprimerie ;
  • la circulation et la mise en question, à l’échelle de l’Europe, de styles et de formes d’expression, en latin et dans les langues modernes, dont il s’agira de questionner les éventuels contacts.
  • Objectifs scientifiques: mieux comprendre, à l’échelle européenne, un moment historique particulier dans l’histoire de la communication publique. Mettre en perspective les nouvelles formes du débat public au XXIe siècle, entre innovations technologiques et recherche d’autres modes de participation politique.
  • Méthodes : socio-stylistique et analyse rhétorique menées dans diverses langues (latin, français, italien, espagnol, anglais, néerlandais, allemand) ; histoire sociale et politique de la première modernité ; archéologie des imaginaires et des pratiques médiatiques.
  • Formes du travail : 3 journées d’étude/an, rassemblant des spécialistes internationaux et ouvertes aux étudiants à partir du master.
  • Partenaires : Université Grenoble Alpes (UMR 5316 Litt&Arts et EA 7421 LUHCIE) ; Paris IV Sorbonne, UMR 8596 Centre Roland Mousnier ; Institut universitaire de France ; Ecole française de Rome.

« Orateurs et rhétoriciens » (PHC Van Gogh Grenoble/Utrecht)

Orateurs et rhétoriciens: agir par la parole publique au seuil de l’Europe moderne (France/Pays-Bas, XVe-XVIe s.)

PHC Van Gogh lauréat 2016, dir. Katell Lavéant (U.Utrecht) et Estelle Doudet (UGA)

utrecht_cloitre

  Le projet « Orateurs et rhétoriciens » a pour objectif d’étudier l’évolution des pratiques des milieux intellectuels au tournant des XVe et XVIe siècles, à l’heure où se développent de nouvelles formes de communication, imprimerie et théâtre. Il s’intéresse en particulier à la formation des opinions publiques à travers les productions de circonstance (poésie d’actualité, spectacles et fêtes, tracts commentant l’actualité, etc.).

Les anciens Pays-Bas bourguignons, à la frontière du royaume de France, sont un lieu particulièrement propice aux enquêtes. Il s’agit d’une zone de contact culturelle, plurilingue, animée par des réseaux d’hommes liés aussi bien aux villes qu’aux cours princières et épicentre de fortes tensions politiques (conflit avec la France, passage de la dynastie Valois à celle des Habsbourg) et religieuses (essor de la Réforme). Les textes de circonstance et leurs supports de diffusion, manuscrits, imprimés, performances, y circulent abondamment. Mais si les historiens se penchent depuis quelque temps sur les aspects politiques et sociaux de l’espace public dans ces régions d’interface, il reste beaucoup à explorer en ce qui concerne:

  • les choix linguistiques des hommes qui intervenaient en public ;
  • les stratégies rhétoriques de leurs textes, écrits, récités, chantés ou joués;
  • la manière dont ils ont configuré l’actualité en événement, de façon soit consensuelle, soit polémique ;
  • la circulation de leurs publications, à travers des réseaux d’agents culturels, ateliers de copie, imprimeurs-libraires, cercles professionnels.

Au prisme de la socio-stylistique, de l’archéologie des media et de l’histoire matérielle des productions culturelles, le projet cherche à découvrir ce qu’ont été les « orateurs » et « rhétoriciens » francophones et néerlandophones au seuil de la modernité.

Le PHC Van Gogh « Orateurs et Rhétoriciens » regroupe 2 doctorantes et une chercheuse néerlandaises (universités d’Utrecht et de Groningue) et 2 doctorantes et une chercheuse française (Grenoble Alpes, UMR Litt&Arts). Il organise ateliers de travail et expert meetings internationaux et publie ses recherches en ligne sur le carnet Rhetor: https://rhetor.hypotheses.org

Prochain expert meeting à Grenoble: 16-17 février 2017


The project « Orators and rhetoricians » aims to study the cultural practices of groups of intellectuals in France and in the Low Countries in the 15th and 16th centuries, at a time where innovative forms of communication, the printing press and drama, were developing.

For presentations in English and Dutch, see https://rhetor.hypotheses.org

Publications 2016

La Pierre et l’Écrit, n° 26, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, décembre 2015, parution juin 2016. Avec la participation de René Verdier, Alain de Montjoye, Noëlle Deflou-Leca et Anne Lemonde.

la-pierre-et-lecrit-1Ce numéro de revue est avant tout consacré à l’histoire du prieuré Saint-Martin-de-Miséré, fondé peu avant 1100, sur le territoire de l’actuelle commune de Montbonnot-Saint-Martin, près de Grenoble.

(voir Publications)