Le médiévalisme : (re)vivre le Moyen Âge ?

Première séance du séminaire doctoral Penser le Moyen Âge aujourd’hui, coordonnée par Marielle Devlaeminck.
Le 19 décembre 2017 de 17h30 à 19h30 en salle B. 325 (salle des doctorants de Litt&Arts, Campus, bâtiments Stendhal)

Le Moyen Âge est une période qui ne cesse de susciter l’intérêt des spécialistes mais aussi du grand public. J’en veux pour preuve les nombreuses séries à succès présentant des mondes d’inspiration médiévale (Game of Thrones, mais également la récemment annoncée série télévisée consacrée à l’univers de Tolkien), l’existence de nombreux marchés médiévaux (le festival Cidre et Dragon, le marché de l’histoire de Compiègne, les Grandes Médiévales d’Andilly, les fêtes médiévales du Clerjus, de Comines et de Provins, pour n’en citer que quelques unes), l’artisanat d’inspiration médiévale en plein essor, les chaînes de vulgarisation scientifique autour de cette période sur Youtube (La Prof, Nota Bene, Aslepios pour n’en citer, là encore, qu’une poignée).

La profusion de ces manifestations nous pousse à nous questionner sur la notion de « médiévalisme » qui, sous la plume de Vincent Ferré, désigne « l’ensemble des références au Moyen Âge dans le monde contemporain ».

La séance sera composée d’une introduction à la notion dans la critique sur base de citations et d’extraits rétro-projetés, suivie d’une table ronde-débat au cours de laquelle nous pourrons nous pencher sur les quelques éléments qui suivent sans que cette liste ne soit exhaustive : quel rapport entre médiévisme (la discipline universitaire de l’étude du Moyen Âge) et médiévalisme ? Quelles formes peuvent prendre le médiévalisme ? Comment reconstituer des pratiques et gestes du Moyen Âge au moyen d’illustrations, de débris, fragments, d’objets, de témoignages écrits, de techniques actuelles ?

A cette occasion, seront aussi transmis les témoignages de plusieurs artisans, archéologues et amoureux du Moyen Âge qui ont accepté bien gentiment de nous faire part de leurs expériences.
Les participants et participantes sont invités bien chaleureusement à venir avec leurs questions et leurs expériences personnelles s’ils pratiquent la reconstitution médiévale, par exemple.

Journée d’étude « Le chevalier au lion : histoire(s) d’un mythe »

le 1er décembre 2017
organisée par Estelle Doudet

Université Grenoble Alpes

 

 

Dans le cadre de la préparation à l’agrégation de Lettres Modernes 2018, une journée d’étude sera organisée sur l’œuvre de littérature médiévale au programme, Le Chevalier au Lion.

Elle se déroulera à l’Université Grenoble Alpes, bâtiment Pierre Mendès France, amphi 3, de 9h15 à 16h.

Vous trouverez ci-dessous le programme de la journée :

Journée d’étude « Le Chevalier au lion : histoire(s) d’un mythe »

Les faits et gestes de Robin des Bois

Textes présentés, traduits et annotés par Jonathan Fruoco

Publié chez en Octobre 2017 chez UGA éditions.

Tout le monde connaît Robin des Bois, mais rares sont les lecteurs francophones ayant pu lire les textes originaux ayant immortalisé l’évolution de sa légende. Cet ouvrage comble ce manque et propose une sélection de textes en édition bilingue pour mieux suivre la trace du célèbre hors-la-loi anglais.

Version papier disponible sur le site de l’éditeur.
Prix : 24,90 euros
ISBN : 9782377470136

Présentation

Ce livre propose au lecteur de retracer les pas de Robin des Bois et de suivre l’évolution de ses aventures, depuis leur accession à l’écrit durant le Moyen Âge jusqu’à leur publication de masse durant les XVIIe et XVIIIe siècles, en passant par leur revigoration sous l’ère Tudor.
Les faits et gestes de Robin des Bois donne ainsi pour la toute première fois au public français l’opportunité de lire ces poèmes, ballades et saynètes jusque là inédites en France en suivant non seulement les manuscrits originaux mais également les volumes de références parus chez nos voisins anglophones, notamment celui édité par Joseph Ritson en 1795, l’anthologie James Francis Child publiée à la fin du XIXe siècle et l’excellent Rymes of Robyn Hood de Richard Barrie Dobson et John Taylor, datant de 1976.

Penser le Moyen Âge aujourd’hui

Séminaire interdisciplinaire des doctorant.e.s médiévistes grenobloi.se.s
Déclaration d’intention pour l’année universitaire 2017-2018

Qu’est-ce qu’être un jeune chercheur ou une jeune chercheuse médiéviste aujourd’hui ? Quels outils sont les nôtres ? Quelles démarches nous guident ? De quels travaux sommes-nous les héritiers ? Nous souhaitons adopter une démarche interdisciplinaire pour réunir historien.e.s, historiens de l’art, philosophe et littéraires des universités de Grenoble autour de cet objet commun qu’est le Moyen Âge. Notre objectif est de nous intéresser autant à la période que nous travaillons toutes et tous qu’à nos pratiques de recherches. La mise en commun des savoirs, des sources et des méthodes de travail que nous avons ne peut qu’être bénéfique.

Un séminaire

Nous souhaitons nous réunir une fois par mois, pour des séances de deux heures, de préférence en soirée, selon un calendrier décidé collectivement. Les séances pourront être organisées selon des modalités variées dont voici quelques exemples :

séances consacrées à un ou une invité.e : celui-ci ou celle-ci nous présente une intervention sur un thème de son choix donnant ensuite lieu à des discussions. Pourront être invités des enseignant.e.s d’université, des chercheurs et chercheuses, mais également des conservateurs et conservatrices, bibliothécaires et autres professions pouvant être en lien avec le thème de nos séminaires (artisans, professionnels du spectacle).

séances thématiques : deux ou trois intervenant.e.s proposent sur un thème donné des interventions de 20 à 25 minutes, suivies de discussions collectives. Le but étant ici de laisser la place aux doctorant.e.s et masterant.e.s.

tables rondes : discussions préparées autour d’un thème. Chacun.e. amène ses réflexions et un peu de bibliographie sur un sujet afin de pouvoir en débattre.

Toutes les séances seront coordonnées par une ou deux personnes la ou lesquelles changeront à chaque séance afin de répartir la charge de travail entre nous tous et toutes. Est entendu par « coordonner une séance » tout ou partie des actions suivantes

– envoyer une bibliographie et un ou deux articles une semaine avant pour que chacun puisse en prendre connaissance et faire suivre l’information à l’équipe de gestion du site Moyen Âge interdisciplinaire à Grenoble.

– envoyer dans le même temps un déroulé de la séance en veillant à laisser au moins 30 minutes pour les échanges.

Calendrier des séances

Toutes les séances ont lieu le Mardi soir de 17h30 à 19h30 en salle B 325 du bâtiment Stendhal. Si un contretemps nous oblige à changer de salle, l’information sera transmise par mail et affichée sur ladite salle.

– Fantasmer le Moyen Âge
19 décembre 2017 : Médiévisme et médiévalisme (coordonné par Marielle Devlaeminck)
23 janvier 2018 : Récupérations du Moyen Âge (coordonné par Sandrine Carlier et Audrey Dominguez)

Il est difficile de ne pas plaquer nos propres perceptions et lectures modernes sur le Moyen Âge. Les sources iconographiques et littéraires véhiculent des images contradictoires dont le grand public s’empare, et que le monde politique instrumentalise. Quelle posture scientifique adopter face aux instrumentalisations politique ? Et sur un autre plan, quels échanges fructueux peuvent émerger des contacts entre recherche institutionnelle et médiévisme ? (Le médiévalisme rassemble toutes les pratiques qui peuvent être celles de quelqu’un appréciant le Moyen Âge (se costumer, faire de la reconstitution, pratiques artisanales, etc.), c’est un formidable moyen de faire « revivre » et connaître des époques désormais lointaines.)

Outils de la recherche en médiévistique
13 février 2018, séance coordonnée par Charlotte Guiot

Nous prenons parfois tardivement connaissance de l’existence de bases iconographiques ou textuelles, de réseaux en ligne de médiévistes ou de groupes de recherche qui auraient pu constituer une ressource intéressante et efficace. Cette première séance aurait ainsi pour but de mutualiser les outils (sites, revues, plateformes) propres à chacun et chacune dans nos recherches.

Des écoles de chercheurs et chercheuses
27 mars 2018 : séance coordonnée par Camille Brouzes et Laurence Doucet

Nos pratiques de recherches peuvent hériter des codes de pensée antérieurs. Comment se positionner face à ces « écoles » ? Comment avoir un regard critique sur les critiques. En somme : de l’importance d’une approche épistémologique de nos travaux.

Enseigner et transmettre le Moyen Âge
10 avril 2018 : séance coordonnée par Maxime Kamin

Le Moyen Âge peut rebuter comme fasciner : les programmes de l’enseignement secondaire lui laissent peu de place en français comme en histoire, et bien souvent les étudiant.e.s ne découvrent véritablement la période qu’à l’université ou par le biais de travaux de vulgarisation notamment en ligne. Comment transmettre l’objet de nos recherches à une classe ou un grand public en passant outre le choc culturel de la langue et des pratiques ?

Certaines séances n’ont qu’une coordinatrice, d’autres peuvent bien sur se proposer pour apporter leur aide. L’idéal serait d’être deux à coordonner une séance.

23 novembre 2017 Rencontre avec la réalisatrice Astrid Campion

Séminaire doctoral – Arts, savoirs, indisciplines (3) 23 novembre 2017

Rencontre avec la réalisatrice Astrid Campion autour de son film documentaire Les devenirs du charisme dans le cadre du séminaire doctoral du laboratoire « Arts, savoirs, indisciplines »

http://litt-arts.univ-grenoble-alpes.fr/fr/agenda/toute-l-actualite/archives/seminaire-doctoral-arts-savoirs-indisciplines-3–278210.kjsp?RH=LITTEARTSFR_AGEN

Soutenance de Thèse 26 Septembre 2017 Laurence Picano-Doucet Écritures secrètes, écritures magiques. Imaginaire de la cryptographie dans la matière de Bretagne des XIIe et XIIIe siècles

26 Septembre 2017 Laurence Picano-Doucet Écritures secrètes, écritures magiques. Imaginaire de la cryptographie dans la matière de Bretagne des XIIe et XIIIe siècles

Sous la direction de Monsieur le professeur Philippe Walter

Litt&Art Composante ISA

d’infos ici

Cantari arthuriens, romances italiennes du XIVe siècle

 Textes présentés, traduits et annotés par Daniela Musso

Publié en juillet 2017 chez UGA éditions

Textes poétiques issus de la tradition orale et populaire italienne, les cantari, présentés ici en édition bilingue, renvoient aux récits légendaires du roi Arthur et des chevaliers de la Table Ronde.

Version papier disponible sur le site de l’éditeur.
Prix : 23 euros
ISBN : 9782377470099

 

 

 

Présentation

Cet ouvrage regroupe six cantari produits au XIVe siècle dans l’Italie du centre nord. Performance d’un conteur de rue, le cantare est un récit improvisé. De ce genre intrinsèquement oral, les témoins écrits sont spécialement précieux. Les six textes présentés sont inspirés par les adaptations italiennes de la littérature arthurienne tout autant que par les contes merveilleux.

 

Colloque : Évêques et communautés religieuses dans le royaume de France et ses marges (816-1563). Stratégies politiques, enjeux, confrontations

10-12 mai 2017, Université Grenoble-Alpes, MSH Alpes

Colloque introductif ANR Col&Mon

Dans le cadre du projet ANR COL&MON qui a pour principal objet l’analyse spatiale de l’implantation des communautés religieuses entre 816 et 1563 dans la confrontation ou le rapprochement entre réguliers et séculiers, les évêques sont le point de jonction entre ces communautés par leur rôle de chef de l’autorité diocésaine, de tutelle ordinaire. On s’attachera donc ici dans une perspective résolument comparatiste à envisager de manière conjointe monde canonial et monde monastique dans un large royaume de France incluant les diocèses périphériques (Flandre, Lorraine, Bourgogne comtale, Provence, Dauphiné) et à examiner la différenciation des attitudes des évêques envers les communautés monastiques d’un côté et canoniales de l’autre. La question est d’autant plus pertinente que si l’historiographie s’est récemment penchée sur la question de l’évêque et de son territoire ou celle de la spatialisation des pouvoirs épiscopaux, monastiques et canoniaux, elle s’est peu interrogée sur le positionnement de l’ordinaire vis-à-vis de la vie communautaire de son clergé diocésain et l’existence ou non de stratégies propres en lien avec des politiques ecclésiastiques plus globales. Par ailleurs, les communautés canoniales séculières relèvent systématiquement de l’autorité épiscopale (sauf de très rares exemples d’exemption) et n’ont donc que le diocèse pour cadre alors que les communautés régulières peuvent aussi relever d’une autorité extra diocésaine quand elles sont intégrées à une congrégation ou à un ordre, ou qu’elles sont exemptes. La dépendance plus ou moins grande des communautés régulières envers l’évêque les distinguent-elles alors les unes par rapport aux autres ? De même, les rapports avec l’évêque sont-ils différents entre des communautés dirigées hors diocèse comme les Clunisiens ou les couvents mendiants ? La spécificité des communautés féminines retiendra également l’attention et permettra de s’interroger sur l’existence ou non d’une politique épiscopale genrée.

Voir programme : Colloque_EvequesEtCommunautes_Programme_WebFINAL

Orateurs à l’âge de l’humanisme

« Orateurs européens à l’âge de l’humanisme : une autre histoire de la communication », réseau de recherche international UGA/CNRS

270px-the_young_cicero_reading

  • Lancement du séminaire: 16 janvier 2017
  • Lieu : Université Grenoble Alpes
  • Porteuses du projet à l’UGA : Estelle Doudet (Litt&Arts) et Ilaria Taddei (LUHCIE)

 

 

 

Soutenu par l’Institut universitaire de France, le CNRS (Paris IV-Centre Roland Mousnier) et l’UGA, ce projet vise à lancer un réseau de recherche international autour de l’histoire des pratiques médiatiques dans l’Europe de la première modernité (XIVe-XVIe siècle).

Il s’articule autour de l’orateur. Ce titre est alors souvent revendiqué dans les métiers de la parole (juristes, diplomates, acteurs, prédicateurs) ainsi que par les groupes qui revendiquent un usage légitime du discours d’intérêt public (autorités urbaines, marchands, intellectuels, etc.).

Notre hypothèse est que ce mouvement repose sur la combinaison de trois facteurs :

  • un cadre de pensée dominé par le renouveau de la rhétorique et de l’action oratoire ;
  • le développement de pratiques professionnelles et non-professionnelles de la parole publique, appuyée par des media comme le théâtre ou l’imprimerie ;
  • la circulation et la mise en question, à l’échelle de l’Europe, de styles et de formes d’expression, en latin et dans les langues modernes, dont il s’agira de questionner les éventuels contacts.
  • Objectifs scientifiques: mieux comprendre, à l’échelle européenne, un moment historique particulier dans l’histoire de la communication publique. Mettre en perspective les nouvelles formes du débat public au XXIe siècle, entre innovations technologiques et recherche d’autres modes de participation politique.
  • Méthodes : socio-stylistique et analyse rhétorique menées dans diverses langues (latin, français, italien, espagnol, anglais, néerlandais, allemand) ; histoire sociale et politique de la première modernité ; archéologie des imaginaires et des pratiques médiatiques.
  • Formes du travail : 3 journées d’étude/an, rassemblant des spécialistes internationaux et ouvertes aux étudiants à partir du master.
  • Partenaires : Université Grenoble Alpes (UMR 5316 Litt&Arts et EA 7421 LUHCIE) ; Paris IV Sorbonne, UMR 8596 Centre Roland Mousnier ; Institut universitaire de France ; Ecole française de Rome.

Soutenance de thèse : Pierre Mendiela, « Edition critique du Mystère de saint Denis »

Le 16 décembre 2016, Pierre Mendiela soutient sa thèse intitulé « Edition critique du Mystère de saint Denis« , sous la direction de Roger Bellon (Litt&Arts).

Il s’agit de l’édition critique d’un texte figurant sur 2 manuscrits différents, rédigé par plusieurs copistes, comportant au-delà des choix et du toilettage à opérer dans l’établissement du texte, une analyse grammaticale de la langue utilisée, ainsi que du système graphique sous deux angles : l’un par comparaison des graphies, l’autre synchronique décrivant précisément un état de la langue, et de sa prononciation notamment.

« Orateurs et rhétoriciens » (PHC Van Gogh Grenoble/Utrecht)

Orateurs et rhétoriciens: agir par la parole publique au seuil de l’Europe moderne (France/Pays-Bas, XVe-XVIe s.)

PHC Van Gogh lauréat 2016, dir. Katell Lavéant (U.Utrecht) et Estelle Doudet (UGA)

utrecht_cloitre

  Le projet « Orateurs et rhétoriciens » a pour objectif d’étudier l’évolution des pratiques des milieux intellectuels au tournant des XVe et XVIe siècles, à l’heure où se développent de nouvelles formes de communication, imprimerie et théâtre. Il s’intéresse en particulier à la formation des opinions publiques à travers les productions de circonstance (poésie d’actualité, spectacles et fêtes, tracts commentant l’actualité, etc.).

Les anciens Pays-Bas bourguignons, à la frontière du royaume de France, sont un lieu particulièrement propice aux enquêtes. Il s’agit d’une zone de contact culturelle, plurilingue, animée par des réseaux d’hommes liés aussi bien aux villes qu’aux cours princières et épicentre de fortes tensions politiques (conflit avec la France, passage de la dynastie Valois à celle des Habsbourg) et religieuses (essor de la Réforme). Les textes de circonstance et leurs supports de diffusion, manuscrits, imprimés, performances, y circulent abondamment. Mais si les historiens se penchent depuis quelque temps sur les aspects politiques et sociaux de l’espace public dans ces régions d’interface, il reste beaucoup à explorer en ce qui concerne:

  • les choix linguistiques des hommes qui intervenaient en public ;
  • les stratégies rhétoriques de leurs textes, écrits, récités, chantés ou joués;
  • la manière dont ils ont configuré l’actualité en événement, de façon soit consensuelle, soit polémique ;
  • la circulation de leurs publications, à travers des réseaux d’agents culturels, ateliers de copie, imprimeurs-libraires, cercles professionnels.

Au prisme de la socio-stylistique, de l’archéologie des media et de l’histoire matérielle des productions culturelles, le projet cherche à découvrir ce qu’ont été les « orateurs » et « rhétoriciens » francophones et néerlandophones au seuil de la modernité.

Le PHC Van Gogh « Orateurs et Rhétoriciens » regroupe 2 doctorantes et une chercheuse néerlandaises (universités d’Utrecht et de Groningue) et 2 doctorantes et une chercheuse française (Grenoble Alpes, UMR Litt&Arts). Il organise ateliers de travail et expert meetings internationaux et publie ses recherches en ligne sur le carnet Rhetor: https://rhetor.hypotheses.org

Prochain expert meeting à Grenoble: 16-17 février 2017


The project « Orators and rhetoricians » aims to study the cultural practices of groups of intellectuals in France and in the Low Countries in the 15th and 16th centuries, at a time where innovative forms of communication, the printing press and drama, were developing.

For presentations in English and Dutch, see https://rhetor.hypotheses.org