Faire l’histoire du théâtre – Autour de Jelle Koopmans

28 novembre 2018
9h00 – 17h00
Amphithéâtre de la MSH
Université Grenoble Alpes

“Cette journée, co-organisée par ISA et TRANSLATIO, se propose de réfléchir avec Jelle Koopmans, historien néerlandais du théâtre médiéval français, à partir de son objet d’étude privilégié, à ce que signifie “faire l’histoire du théâtre” aujourd’hui.

Plus que tout autre, Jelle Koopmans a appelé à repenser nombre de mythes qui structurent l’histoire des premiers théâtres en français (XIIe – XVIe siècle) : la naissance dans l’Église d’un art qui s’en émanciperait ensuite ; le caractère national des usages « français » ; le statut d’acteurs trop rapidement supposés amateurs ; le sens que nous donnons aux termes farces ou mystères… Autant d’idées reçues débusquées, autant de pistes esquissées qui ont permis un renouvellement radical des connaissances depuis vingt ans. À l’occasion de sa présence en tant que professeur invité de l’Université Grenoble Alpes, nous souhaiterions, à partir de son objet d’étude privilégié, réfléchir avec lui à ce que signifie plus généralement « faire l’histoire du théâtre » aujourd’hui.

Si « faire l’histoire » des événements et des sociétés constitue une pratique intellectuelle désormais bien étudiée, la fabrication historiographique des arts de la scène est un champ toujours en exploration. Fait d’histoire total, ces arts ont un caractère complexe et instable qui appelle une diversité d’analyses, matérielles, linguistiques, sociales, stylistiques, etc. Ceux qui étudient l’évolution des esthétiques et des pratiques théâtrales sont-ils dès lors des historiens comme les autres ? Que « font-ils » lorsqu’ils se penchent sur des archives, sur des œuvres qui ont pour la plupart depuis longtemps déserté les scènes, traces d’un objet mouvant dont la définition même n’est pas assurée (performance, théâtre, spectacle) ?

Cette journée proposera à des chercheurs invités de prendre position sur ces diverses questions et rassemblera autour d’une table-ronde des chercheurs de l’UGA pour interroger la possibilité d’une « école grenobloise » en histoire du théâtre.”


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.