Archives de l’auteur : Charlotte Guiot

Soutenance de thèse de Maxime Kamin

Représentations et poétiques du jeu dans la poésie française (langue d’oïl et d’oc) et latine du Moyen Âge (XIIe-XIIIe siècles)

le 22 octobre 2021
13h00
Université Grenoble Alpes
Salle des Actes (site Stendhal, bâtiment Z)
 
Résumé
L’historiographie et la critique littéraire sont longtemps restées indifférentes à la place que tiennent les jeux dans la culture médiévale. La raison tient sans doute à la tradition de défiance dont s’entourent les activités ludiques, au mieux considérées par les autorités ecclésiastiques et civiles comme un passe-temps insignifiant et secondaire, au pire comme une vaine et coupable distraction susceptible de nuire à l’ordre social. La difficulté que rencontre par ailleurs la recherche à préciser les limites conceptuelles de cette notion mouvante et plurielle explique aussi qu’elle n’accède que tardivement au rang d’objet d’étude, et échappe encore relativement à l’intérêt de la critique. Si l’historiographie littéraire a jusqu’à présent centré son attention sur la seule dimension récréative des loisirs médiévaux, les jeux ne peuvent cependant être relégués au statut de simples divertissements. Situant notre réflexion dans l’héritage des réflexions de Johan Huizinga et de Roger Caillois, nous avançons l’idée que le jeu, qui présente des points de rencontre avec le fonctionnement de la métaphore, se conçoit comme un outil d’analyse qui permet d’appréhender les codes et les valeurs qui structurent une société, d’orchestrer leur représentation et de leur assigner un sens.

Resserrant notre étude autour du XIIe et du XIIIe siècle, période qui nous paraît d’autant plus favorable qu’elle correspond également à un temps d’élaboration de la culture métaphorique en langue latine et française, nous nous proposons d’interroger les différents contenus conceptuels dont l’image du jeu soutient l’expression dans les lettres médiévales. Optant pour une approche comparatiste, nous confrontons les multiples variations de cette métaphore à travers un corpus d’œuvres qui mettent à l’honneur des auteurs qui se rattachent à différentes aires géographiques et culturelles. Si l’amour constitue notre premier champ d’analyse, en particulier centré sur la production poétique des trouvères, d’auteurs en langue d’oc et d’expression latine, notre réflexion se poursuit par l’examen des usages allégoriques du jeu d’échecs dans la poésie cléricale et savante, et du jeu de dés chez un poète comme Rutebeuf et dans les Carmina Burana. Notre dernière partie, enfin, interroge le rôle que tient le signifiant ludique pour désigner chez certains auteurs, en particulier chez Baudri de Bourgueil, la composition poétique elle-même. Notre travail de thèse entend ainsi comprendre comment les pratiques ludiques concourent dans les lettres médiévales à la formation d’un savoir sur les situations fondamentales de l’existence humaine, et comment se constitue leur fonction épistémique.

Composition du jury
  • Estelle DOUDET (Professeure, Université Grenoble Alpes, Directrice de thèse)
  • Joëlle DUCOS (Professeure, Sorbonne Université – Paris 4, Rapporteuse)
  • Mattia CAVAGNA (Professeur, Université Catholique de Louvain, Rapporteur)
  • Caterina MENICHETTI (Professeure associée, Université de Lausanne, Examinatrice)
  • Fleur VIGNERON (Maîtresse de conférences HDR, Université Grenoble Alpes, Examinatrice)
  • Amandine MUSSOU (Maîtresse de conférences, Université de Paris, Examinatrice)

“Le solfège médiéval”, conférence de Gérard Geay

affiche

Le conservatoire de Grenoble organise une conférence sur le solfège médiéval.

Mardi 19 octobre 2021 à l’auditorium du musée de Grenoble (5 place de Lavalette à Grenoble) de 18h à 20h.

Gratuit et ouvert à tous, sur réservation par mail uniquement :
reservation@conservatoire-grenoble.fr

Communication : “Shepherds, interpreting and echoing the voice of nature”

Du 22 avril au 1e mai, le colloque international du Forum for Medieval and Renaissance studies in Ireland, “The Senses in Medieval & Renaissance Europe: Hearing & Auditory Perception” se tiendra en ligne.

Programme et réservation : https://www.eventbrite.ie/e/the-senses-in-medieval-renaissance-europe-hearing-auditory-perception-tickets-145008822291?keep_tld=1 

Dans le cadre de ce colloque, Charlotte Guiot, doctorante Litt&Arts, présentera une communication intitulée “Shepherds, interpreting and echoing the voice of nature” le vendredi 23 avril à 15h30.

Rentrée de la recherche 
du Moyen Âge interdisciplinaire à Grenoble

Pour nous retrouver en ce début d’année, nous vous invitons à assister à la rentrée de la recherche du Moyen Âge interdisciplinaire à Grenoble. Cette journée sera l’occasion de découvrir les recherches récentes d’une partie des médiévistes grenoblois·es.

En raison de la crise sanitaire actuelle, nous vous demanderons d’observer les consignes en vigueur. La journée est organisée dans le strict respect du protocole sanitaire recommandé par l’UGA. Le port du masque sera donc obligatoire tout au long de l’événement et du gel hydroalcoolique sera disponible à l’entrée de la salle. Pour les mêmes raisons, nous sommes malheureusement au regret de vous annoncer que la situation nous contraint à annuler le buffet et les temps de collation. Nous tenterons malgré tout de passer un moment agréable et convivial.

Journée organisée par : Camille Brouzes, Audrey Dominguez, Laurence Doucet, Charlotte Guiot et Hélène Jager

Visite de Dorothea Kullmann

Dorothea Kullman, associate professor à l’Université de Toronto et spécialiste de la chanson de geste, sera à Grenoble le 12 décembre.

Elle interviendra Salle C008 (à l’entrée de la bibliothèque de section BULLES) dans les séances suivantes :

  • intervention sur la Chanson de Girart de Roussillon : 13h30-15h30
  • intervention sur la stylistique de la chanson de geste : 15h30-17h30

 

Mariage de Girart de Roussillon

Du Moyen Âge au XVIe siècle : Le Songe de Poliphile et les jardins – Gilles Polizzi

Vendredi 22 novembre
10h30-12h30
bâtiment Stendhal, F 311

Intervention de Gilles Polizzi (Professeur, Université de Haute Alsace), dans le cadre du séminaire Littérature et cultures médiévales (entrée libre)

Contact : fleur.vigneron@univ-grenoble-alpes.fr

Le jardin de soie (Songe de Poliphile, 1546, F43v) – Jean Goujon
(source : utpictura18)

Publication des actes de la journée d’étude “Les Mondes des bergers”

Nous avons le plaisir de vous annoncer la mise en ligne des actes de la journée d’étude “Les Mondes des bergers”, organisée le 18 octobre 2018 par Marielle Devlaeminck, Charlotte Guiot et Maxime Kamin, à l’Université Grenoble-Alpes, avec le soutien de l’U.M.R Litt&Arts, de l’équipe de recherche ISA et de l’axe 3 “Expériences de la création”.

Ils sont à présent disponibles à l’adresse suivante : http://ouvroir-litt-arts.univ-grenoble-alpes.fr/revues/actalittarts/566-les-mondes-des-bergers

L’enjeu de cette journée d’étude était de porter à la lumière la présence récurrente de ces personnages emblématiques que sont le berger et la bergère dans un large répertoire de textes appartenant à des horizons génériques, linguistiques et géographiques divers. Il s’agissait notamment d’analyser dans une perspective diachronique, qui nous mène de la fin du XIIe jusqu’au XVe siècle, les réalisations d’un objet d’étude à la fois cohérent et pluriel et d’explorer ce monde à la fois idyllique et violent qu’est l’univers pastoral.

Susceptibles d’intéresser les chercheurs en littérature, mais également les historiens et les anthropologues, les études rassemblées sous ce dossier examinent plus particulièrement le rapport qu’entretiennent “les mondes des bergers” avec certains enjeux politiques et religieux qui sont au cœur des préoccupations propres à la société médiévale.

Kalendrier des bergers, BNF VELINS 518

Séminaire “Penser le Moyen Âge aujourd’hui” : rencontre avec Véronique Beaulande

Mercredi 23 octobre de 17h30 à 19h30
Université Grenoble Alpes
Bâtiment Stendhal
B325

Pour débuter notre séminaire des doctorant·es médiévistes, “Penser le Moyen Âge aujourd’hui”, nous aurons le plaisir d’accueillir Véronique Beaulande, professeure en Histoire médiévale qui a rejoint récemment l’Université Grenoble Alpes. Elle a publié cette année un ouvrage intitulé Les péchés les plus grands. Hiérarchie de l’Église et for de la pénitence (France, Angleterre, XIIIe-XVe siècle). Cette séance sera l’occasion de découvrir ses travaux et d’échanger avec elle.
 
La séance est bien sûr ouverte à toutes les personnes intéressées et notamment aux nouveaux·elles doctorant·es dont nous n’aurions pas encore les coordonnées.

Visite de Philippe Walter

Philippe Walter, professeur émérite de littérature médiévale sera à Grenoble les 7 et 8 novembre prochain, et interviendra dans plusieurs séminaires et événements ouverts pour l’occasion au public.

  • jeudi 7 novembre 13h30-15h30 salle C 103, cours de préparation à l’agrégation sur la chanson de geste Aspremont (ouverture exceptionnelle du cours au public). Il proposera une étude littéraire de l’ascension de l’Aspremont.
  • jeudi 7 novembre à 17h30, amphithéâtre de la MSH : Philippe Walter proposera une conférence “Pour une neurophysiologie de l’imaginaire”, sur l’invitation du AACRI (Association des Amis du Centre de Recherche sur l’Imaginaire). Entrée libre.
  • vendredi 8 novembre, 10h30-12h30, salle F 311. Philippe Walter interviendra dans le séminaire “Littérature et culture médiévales”  et proposera une communication intitulée “Un jardin des secrets dans le Roman de la Rose (Guillaume de Lorris)”. Ce séminaire est ouvert au public.

L'amant et la roseHarley MS 4425, f. 184v°

 

Événements à Lyon

Labo junior – épopées médiévales : frontières, échanges, héritages

Deux dates :

  • Le 22 mars 2019, 10h à 12h, Peter Andersen, professeur de littérature et histoire anciennes, Université de Strasbourg, “La Chanson des Niebelungen, l’Iliade allemande” (description ci-dessous), ENS de Lyon, site Descartes, salle D2-104
  • Le 3 avril de 14h à 16h, Patrizia Gasparini, Professeure à l’université de Lorraine, intervention sur l’épopée à travers Pio Rajna (titre et description à venir)

La Chanson des Nibelungen, l’Iliade allemande

Par Peter Andersen, professeur de littérature et histoire anciennes, Université de Strasbourg

Lyon, 22 mars 2019, environ 2h00

Résumé :

La littérature allemande naît à l’époque carolingienne et connaît sa première apogée vers 860 avec le Livre des Evangiles d’Otfrid de Wissembourg, environ 14 000 vers à rimes finales, une première européenne dans une langue vernaculaire. Riche et variée dans sa production, l’époque carolingienne n’engendre toutefois pas d’épopée et ne nous a laissé que peu d’œuvres épiques en dehors des récits bibliques. La plus importante est la Chanson de Hildebrand, un poème fragmentaire de 68 vers dont la fin est perdue. Elle relate le combat du héros éponyme contre son fils et campe l’action sous le règne de Théodéric le Grand à la charnière entre l’Antiquité et le Moyen Âge.
Nous retrouverons Hildebrand comme le vieux maître d’armes de Dietrich von Berne, c’est-à-dire Vérone, dans la Chanson des Nibelungen composée vers 1200. Dans ce grand poème constitué de quelque 2300 quatrains à vers longs et d’un interminable épilogue de plus de 4000 vers courts, Hildebrand et Dietrich vivent en exil à la cour d’Etzel, roi des Huns dans la Hongrie actuelle, comprenez le redoutable Attila. En secondes noces, il a épousé la vindicative Kriemhild, veuve de Siegfried, le tueur de dragon. Elle est originaire de Worms où son frère Gunther règne sur le royaume des Burgondes. Treize ans après son remariage, Kriemhild invitera toute sa famille dont Hagen, l’assassin de Siegfried, à une grande fête chez les Huns. Le voyage des Burgondes qui partent armés par précaution va se terminer dans un immense bain de sang auquel seuls Hildebrand, Dietrich et Etzel survivront.
Lors de sa redécouverte au XVIIIe siècle, un professeur prédit que la Chanson des Nibelungen pourrait devenir « l’Iliade allemande ». A la différence des compagnons de Charlemagne qui, hormis Roland, retournent dans la « douce France », à la différence des Grecs qui, hormis Achille et quelques autres, rentrent chez eux après la destruction de Troie, les Burgondes périssent sans exception, hormis ceux restés à Worms. La Chanson des Nibelungen est une tragédie nationale qui relate un désastre militaire et la fin d’un empire. En 1943, à la veille de la capitulation des Allemands à Stalingrad, Hermann Goering se servit de l’épopée nationale pour exhorter ses soldats encerclés au sacrifice suprême.
Le poème sera présenté avec un résumé détaillé et une interprétation politique du message de son mystérieux auteur anonyme. Aucune connaissance préalable n’est pas requise.

Version française :

La Chanson des Nibelungen – La Plainte. Trad. du moyen-haut-allemand par Danielle Buschinger et Jean-Marc Pastré. Préface de Danielle Buschinger. Collection L’aube des peuples, Gallimard 2001. 528 pages.

Portail allemand avec de nombreux dossiers sur la légende : http://gottfried.unistra.fr/

Séminaire doctoral : séance spéciale.

Taku Kuroiwa : Le « meilleur » manuscrit du Mystère de la Passion d’Arnoul Gréban pour le Japon d’aujourd’hui : (re)donner du sens aux études médiévales au Japon du XXIe siècle

lundi 4 mars
17h30-19h30
Salle B325

L’invité de cette séance, Taku Kuroiwa, de l’université du Tohoku au Japon, évoquera la présence de la littérature médiévale française au Japon, en s’appuyant sur le projet de traduction japonaise du Mystère de la Passion d’Arnoul Gréban et en présentant les difficultés soulevées par le choix d’un manuscrit de base.

Le vray mistère de la Passion, Arnoul Greban, édition des frères Belin, Paris 1901
Source gallica.bnf.fr / BnF

Prochaine séance du séminaire doctoral “Penser le Moyen Âge aujourd’hui”

Folklore et Moyen âge

lundi 11 février – 17h30-19h30 – Stendhal – B325

L’intérêt des érudits du XIXe siècle pour le Moyen Âge se construit en parallèle avec les études folkloriques qui à la même époque collectent les récits et traditions des campagnes françaises. Cette association du folklore et de la littérature médiévale, évoquée en particulier par Michel Zink lors de son entrée au Collège de France, reste présente dans nos esprits.

Quelles sont les implications de cette association ? Impacte-t-elle ou non notre propre travail de recherche ? Voici quelques unes des pistes que nous pourrons explorer lors de cette séance.

Les participants au séminaire sont invités à venir avec des documents étudiés pour leurs recherches ayant été identifiés comme folkloriques, afin de pouvoir nourrir les discussions du deuxième temps de cette séance.

Prochaine séance du séminaire “Penser le moyen âge aujourd’hui” : initiation à la recherche iconographique

lundi 14 janvier
17h30-19h30
salle B 325 (Bâtiment Stendhal)

La première heure sera consacrée à la recherche iconographique (nous sommes invités à prendre notre ordinateur) et la deuxième heure à l’organisation de différents projets pour le séminaire doctoral.