Archives de l’auteur : Jeanne Mousnier-Lompré

14 juin 2024 – Saint-Martin-d’Hères – Domaine universitaire – Journée d’Études « Nouvelles philologies » – « La construction visuelle de la parole en diachronie. Métamorphoses de la page, de la ponctuation et de la graphie » par Elena Llamas Pombo

A l’occasion de la journée d’études “Nouvelles philologies” qui se tiendra le 14 juin 2024, l’Université Grenoble Alpes aurait le plaisir d’accueillir Elena Llamas Pombo de l’Université de Salamanque pour nous parler de “La construction visuelle de la parole en diachronie. Métamorphoses de la page, de la ponctuation et de la graphie“.

Voici un petit aperçu de son intervention prochaine :

I. Histoire de la page, histoire de la lecture

Il existe des liens qui relient la nature des supports matériels de la parole aux modes d’accès à la connaissance. Dans l’histoire de la lecture en Occident, on a notamment identifié des séries de corrélations : la transformation de l’espace de la page est parallèle à une évolution des pratiques de lecture. Dans un premier temps, nous montrerons les principales étapes de cette transformation, tout en considérant les trois types de signes non alphabétiques de l’écriture : l’espace blanc, la ponctuation et les signes auxiliaires.

La chronologie des pages et des écritures qui seront étudiées s’étend de l’Antiquité classique au Moyen Âge et à la Renaissance ; mais chaque volet de la conférence montrera des parallèles, des contrastes, voire des antécédents médiévaux de pratiques d’écriture et de mise en page modernes ou contemporaines de la langue française.

L’espace blanc sera considéré comme élément clé de l’histoire de la lecture et de la lisibilité des textes, car il concerne les trois niveaux d’unités de l’écriture : le mot, l’énoncé et le texte. De la séparation des mots à l’homographie imposée par les presses, la lisibilité du mot dépend de l’usage des blancs. La matérialité de l’écriture imprimée et l’homographie imposée par les presses détermine l’image graphique du mot et sa standardisation, face à la variabilité intrinsèque de la graphie médiévale, toujours individuelle et manuelle.

II. Principes méthodologiques pour l’histoire des systèmes graphiques

Linguistique et pragmatique de la ponctuation

  1. Cadre théorique pour une linguistique de la ponctuation en diachronie.
  2. Pragmatique comme étude des « instructions de lecture » : vers une systématisation des valeurs pragmatiques des signes de ponctuation.  
  3. «Éloge de la variante » et « nouvelle philologie médiévale». L’importance de tous les témoins d’une même œuvre pour l’histoire des systèmes graphiques du français et pour l’histoire de la lisibilité des textes. Exemples pratiques.
  4. Outils numériques de reconnaissance de l’écriture manuscrite (médiévale et moderne) : enjeux méthodologiques.

31 mai – Saint Martin d’Hères – Domaine universitaire, Maison des langues, salle Jacques Cartier – 5e journée journée de rencontre interdisciplinaire des médiévistes de Grenoble : “Cycles, cercles et boucles”

Pour la fin de l’année universitaire, nous avons le plaisir de inviter à la 5e rencontre des médiévistes de Grenoble autour d’une journée d’études interdisciplinaire sur la thématique “Cycles, cercles et boucles” le 31 mai à l’Université Grenoble Alpes, Salle Jacques Cartier, Maison des langues (1141 Rue des Universités, 38400 Saint Martin d’Hères) ou en ligne (lien Zoom code secret : 724290).

Cette journée se veut un temps d’échanges conviviaux qui nous permettront de mieux connaître le travail de chacun·e et de faire vivre l’interdisciplinarité si essentielle à notre champ d’étude. L’événement vise à assurer un partage méthodologique de savoirs et une ouverture à l’actualité locale de la recherche autour d’une thématique large qu’il s’agira d’exploiter à partir des principes méthodologiques et scientifiques de chaque discipline. Boucles, cycles et cercles peuvent se faire synonyme de la perfection comme de l’enfermement ou de l’exclusion, formes closes qui demandent à être explorées, peut-être ouvertes pour en saisir l’essence. Il s’agira de les étudier tant dans leur matérialité, leur forme stylistique que dans leurs multiples significations en allant, pourquoi pas, jusqu’à briser le cercle, rompre le cycle et dénouer la boucle.

Au plaisir de vous retrouver le 31 mai !

7 mai 2024 –Saint-Martin d’Hères – Domaine universitaire, MaCI, Salle 137, 15h30/Le café de la Table Ronde 7 Pl. Saint-André, 19h – Séminaire doctoral de MAiGRE : Séance 7 : “Passion médiévistes” avec Fanny Cohen Moreau

Pour la dernière séance de notre séminaire de recherche, nous aurons le plaisir d’accueillir le mardi 7 mai 2024 à Grenoble Fanny Cohen Moreau, diplômée en journalisme et en histoire et productrice du podcasts Passion médiévistes, ainsi que Passion Antiquités et Passion Modernistes !

Cette rencontre se déroulera selon un double format. Un premier temps, qui prendra place en salle 137 de la MaCI et débutera aux alentours de 15h30, sera l’occasion d’interviewer Fanny Cohen Moreau sur son travail. Ce moment est résolument conçu comme un temps d’échange auquel vous êtes toutes et tous convié·es, en présentiel ou en ligne sur Zoom (code secret : 724290). 

Par ailleurs, Fanny Cohen Moreau enregistrera deux podcasts :

  • Le premier se tiendra sur le campus à la suite de son interview : Emilie Demouselle, doctorante en littérature médiévale, nous parlera des premiers traités d’agriculture écrits en français aux XVe et XVIe siècles.
  • Le deuxième podcast prendra place dans les locaux du café La table ronde, en centre-ville de Grenoble, à partir de 19h ; Vincent Alleau, doctorant en histoire médiévale, nous parlera du pape Martin V (1417-1431) et du redressement du pouvoir pontifical dans les premières décennies du Quattrocento. Pour ce deuxième enregistrement, nous disposerons d’une salle d’une capacité de 30 personnes environ. Si vous souhaitez y assister, veuillez s’il vous plaît réserver votre place à cette adresse : https://www.billetweb.fr/enregistrement-passion-medievistes-a-grenoble  

En attendant, vous pouvez réécouter les podcasts de nos doctorant·es grenoblois·es :

– Lucas Flandre, doctorant en histoire médiévale : ÉPISODE 81 – LUCAS ET L’ARCHITECTURE GOTHIQUE EN BOURGOGNE

– Marielle Devlaeminck, docteure en littérature médiévale : ÉPISODE 76 – MARIELLE ET LE THÉÂTRE POLITIQUE À LA FIN DU MOYEN ÂGE

– Cécile Jullion, doctorante en littérature ancienne : ÉPISODE 16 – CÉCILE ET CICÉRON (PASSION ANTIQUITÉS)

Au plaisir de vous voir nombreux·se à cette rencontre !

27 avril 2024 – Bibliothèque municipale de Grenoble, 12 boulevard Maréchal Lyautey, 14h30 – Séminaire doctoral de MAiGRE (Séance 6) : Visite des fonds patrimoniaux

L’unité de recherche MAiGRE (Moyen Âge interdisciplinaire à Grenoble) est ravie de vous convier à une séance locale : nous vous donnons rendez-vous le samedi 27 avril à 14h30 à la bibliothèque municipale de Grenoble (12 boulevard Maréchal Lyautey) pour la visite de ses fonds patrimoniaux !

La visite consacrée aux manuscrits médiévaux sera ouverte au public et durera 45mn : il n’est pas nécessaire d’être médiéviste pour pouvoir y assister et les bibliothécaires seront là pour répondre à nos questions, donc si vous êtes curieux et curieuses de découvrir des ouvrages du Moyen Âge, n’hésitez pas à vous joindre à nous !

Vous pouvez consulter le site de la bibliothèque si vous souhaitez vous renseigner en amont sur la collection de la bibliothèque, une partie des manuscrits est d’ailleurs numérisée : https://patrimoine.bm-grenoble.fr/

Visuel : Heures latines – Bibliothèque municipale de Grenoble

ANNULATION 3 avril 2024 –Saint-Martin d’Hères – Domaine universitaire, Salle Mediat, BU Droit-Lettres, 17h30-19h30 – Séminaire doctoral de MAiGRE : Séance 5 : « La crise des langues à la fin du Moyen Âge » par Benoît Grévin & « Jurer la paix pour conjurer la crise ? Le serment dans la résolution d’une guerre entre San Gimignano et Volterra en 1227 » par Lucas Moulène

L’équipe de MAiGRE vous donne rendez-vous pour la cinquième séance de son séminaire mensuel sur la thématique “La crise au Moyen Âge, le Moyen Âge en crise ? (Volume II)” le mercredi 3 avril à 17h30 en ligne sur Zoom (code : 724290).

Nous aurons le plaisir d’assister pour cette séance printanière à une double conférence qui se propose d’interroger la place de la langue et de son usage à la fin du Moyen Âge.

Benoît Grévin, directeur de recherche au CNRS, historien confirmé de réputation internationale, spécialiste de l’ars dictaminis, de l’usage socio-politique de la langue et des contacts linguistiques et culturels dans le monde méditerranéen, présentera une communication sur la crise des langues à la fin du Moyen Âge. Par la suite, Lucas Moulène, doctorant en histoire médiévale du LUHCIE, interviendra sur le rôle que, dans l’Italie communale, le serment joue dans la résolution des conflits. Il s’agira en particulier de présenter une étude de cas portant sur une guerre qui opposa en 1227 San Gimignano et Volterra, deux communes de la Toscane centrale.

Publication – Les fabliaux en réseau – actes de la journée d’études sur le programme de l’agrégation de Lettres modernes : “Peut-on rire de tout ? Les fabliaux”, textes réunis par Corinne Denoyelle & Stéphanie Le Briz-Orgeur

Le 24 novembre 2024 s’est tenue à l’Université Grenoble Alpes, une journée d’études sur les textes au programme de l’agrégation 2024, les Fabliaux du Moyen Âge, dans l’anthologie de Jean Dufournet. Ainsi rassemblés dans un recueil moderne et forcément détachés de leur contexte codicologique, les fabliaux doivent se lire « en réseau », à travers les séries qu’ils créent, dans les effets de similitude et de contraste qu’ils provoquent. Les contributions rassemblées ici par Corinne Denoyelle et Stéphanie Le Briz-Orgeur montrent la richesse de cette approche qui permet de penser les variations des motifs en synchronie voire en diachronie. Des échos se créent alors entre les versions autour de motifs qui se recomposent d’œuvre en œuvre. L’anthologie au programme invite ainsi ses lecteurs à une lecture non plus seulement syntagmatique des textes mais aussi paradigmatique, nourrie de toutes leurs épaisseurs successives.

Pour lire les articles : https://www.fabula.org/colloques/sommaire11535.php

21 février 2024 – EN LIGNE – Séminaire doctoral de MAiGRE : Séance 4 : “Augustin, un médiéviste ? – De la notion d’un « augustinisme politique » médiéval à la philosophie de l’histoire d’Augustin lui-même” par Rémi Leroy

L’équipe de MAiGRE vous donne rendez-vous pour la quatrième séance de son séminaire mensuel sur la thématique “La crise au Moyen Âge, le Moyen Âge en crise ? (Volume II)” le mercredi 21 février à 17h30 en ligne sur Zoom (code : 724290).

Nous aurons le plaisir d’écouter Rémi Leroy, doctorant en 4e année de thèse de philosophie à l’Institut de Philosophie de Grenoble. Son travail de thèse se consacre à “La question théologico-politique chez Augustin et Farabi”. Son intervention dans le cadre du séminaire s’intitulera Augustin, un médiéviste ? – De la notion d’un “augustinisme politique” médiéval à la philosophie de l’histoire d’Augustin lui-même
En voici le résumé : 
 

L’historiographie contemporaine se propose de redécouvrir la fin de l’Antiquité, conçue non plus comme l’annonce d’un « âge sombre » et d’une brusque rupture vers le Moyen Age, mais comme une évolution progressive dénommée « Antiquité tardive ». Au sein de cette période, Augustin (354-430) est dès lors vu comme une expression particulièrement flamboyante de l’Antiquité tardive (BROWN, 2001) et non plus comme une figure de la « fin de la culture antique » (MARROU, 1949) comme le défendit Marrou avant de se rétracter (MARROU, 2003).

Sans dénier l’apport majeur de la revalorisation de l’Antiquité tardive, cette communication visera à étudier un angle nouveau : si Augustin est assurément un homme de l’Antiquité, n’est-il pas possible de voir en lui simultanément un homme médiéval, par sa philosophie de l’histoire, un des précurseurs et des théoriciens, à la faveur des crises de son époque dont il se fait l’interprète (notamment le sac de Rome en 410 point de départ de l’ouvrage La cité de Dieu) de l’entrée dans un nouvel âge, que nous appellerons ensuite  « Moyen Age » ? Comment Augustin peut-il nous aider à réfléchir sur la dynamique qui traverse cette période qui semble n’être appelée parfois que par défaut, comme un milieu entre deux cimes, « Moyen Age » ? Augustin peut-il nous dire quelque chose de la conscience d’eux-mêmes des hommes médiévaux, de leur rapport au temps et à l’histoire ?

Cette analyse requiert dès lors de comprendre autrement ce que l’on a dénommé « augustinisme politique » (ARQUILLIERE, 1934) dans la continuité des études augustiniennes contemporaines (SOLIGNAC et TARDIVEL, 2021) et, sur le plan historique, dans la continuité du rôle déterminant donnée par les études récentes à l’Eglise dans l’évolution du Moyen Age (MAZEL, 2021).

24 janvier 2024 – Saint-Martin d’Hères – Domaine universitaire, MaCI, Salle 137, 17h30-19h30 – Séminaire doctoral de MAiGRE : Séance 3 : “Une nouvelle vie pour un genre “mort” : le roman de chevalerie dans la Bibliothèque bleue” par Pauline Saccol

Toute l’équipe de MAiGRE vous souhaite une excellente année 2024 et vous donne rendez-vous pour la troisième séance de son séminaire mensuel sur la thématique “La crise au Moyen Âge, le Moyen Âge en crise ? (Volume II)” le mercredi 24 janvier à 17h30 en présentiel à la MaCI salle 137 et en ligne sur Zoom (code : 724290).

Nous aurons le plaisir d’écouter Pauline Saccol, doctorante en deuxième année à l’Université Grenoble Alpes, au sein du laboratoire Litt&Arts. Son travail de thèse se consacre à la « Révisions textuelles et stratégies éditoriales. Le devenir du roman de chevalerie à l’entrée dans la Bibliothèque bleue », sous la direction de Pascale Mounier, professeure en langue et littératures du XVIe siècle. Elle s’intéresse particulièrement à l’histoire de l’édition, l’histoire du livre et l’histoire générique du roman de chevalerie. Son intervention pour le séminaire portera sur Une nouvelle vie pour un genre “mort” : le roman de chevalerie dans la Bibliothèque bleue . En voici le résumé :

La transition du Moyen Âge aux siècles classiques est souvent perçue comme une rupture radicale, marquée par l’éclipse des genres anciens au profit de nouvelles formes d’expression. Contre l’idée d’une « mort » des genres médiévaux au moment de la Renaissance, notre présentation se propose d’explorer le devenir d’un genre emblématique de l’univers littéraire médiéval : le roman de chevalerie. C’est au travers de l’étude du phénomène éditorial de la Bibliothèque bleue, qui met au jour des centaines de rééditions de romans de chevalerie entre le XVIIe et le XIXe siècle, que nous appréhenderons l’étonnante histoire de la survivance du genre.

Les romans de chevalerie qui connaissent un destin pérenne au sein de la collection sont au nombre de dix. Ces dix titres, d’origine médiévale, sont d’abord imprimés par les presses bleues au cours du XVIIe siècle, puis prospèrent dans la collection, et connaissent chacun une longue histoire éditoriale, pendant près de deux siècles. Les imprimeurs-libraires de la Bibliothèque bleue et les employés de leurs ateliers travaillent sur les textes, les retouchent, en adaptent la forme et le contenu, de manière à permettre aux histoires de ces romans de continuer à être lues et diffusées partout en France.

L’histoire du devenir du roman de chevalerie dans la Bibliothèque bleue démontre que le genre ne s’est pas éteint avec la fin du Moyen Âge, mais a continué à vivre, à évoluer, et à enrichir l’imaginaire collectif de la France provinciale.

 

1er février 2024 – Appel à communication : “Boucles, cercles et cycles” – 5e journée journée de rencontre interdisciplinaire des médiévistes de Grenoble

Les chercheur·euses de Grenoble ont le plaisir de vous annoncer la préparation de leur 5e journée d’études des médiévistes, consacrée cette année aux “Boucles, cercles et cycles”. Elle aura lieu le 31 mai 2024, à l’UGA, salle Jacques Cartier (Maison des langues et des cultures). Les propositions de communication sont à envoyer pour le 1er février. Les communications dureront 20 mn et seront suivies de questions.
Comme les années précédentes, l’objectif est de permettre des rencontres chaleureuses où nous pourrons partager nos recherches quelles que soient nos disciplines d’origine. 
 
Voici l’appel à communication :
 
 

12 décembre 2023 – en ligne – 17h30-19h30 – Séminaire doctoral de MAiGRE : Séance 2 : “La « crise » d’Hersant : voix féminine ventriloquée dans Renart le Contrefait” par Madeline Tessier

MAiGRE vous donne rendez-vous pour la deuxième séance de son séminaire mensuel de l’année universitaire 2023-2024 sur la thématique “La crise au Moyen Âge, le Moyen Âge en crise ? (Volume II)” le mardi 12 novembre à 17h30 en format en ligne sur Zoom (code : 724290).

Nous aurons le plaisir d’écouter Madeline Tessier, étudiante à la maîtrise à l’Université McGill, département de littérature française, création et traduction, qui nous parlera de La « crise » d’Hersant : voix féminine ventriloquée dans Renart le Contrefait. Voici le résumé de son intervention prochaine : 

 
On a assez peu parlé du roman singulier que constitue Renart le Contrefait, une œuvre du XIVsiècle que l’on « redécouvre » encore (Baker et al., 2014), notamment depuis l’édition qu’en a fournie Corinne Pierreville en 2020. Notre communication entend se concentrer sur une particularité de l’œuvre qui a jusqu’ici assez peu interpelé la critique : à même ce mundus inversus où les « bêtes » s’approprient les traits d’humains, Hersant la louve — dans un passage que l’on peut considérer comme une véritable crise — renverse à son tour l’ordre du monde et résistent aux prescriptions de la doxa de l’époque (douceur, tempérance et obéissance) (Casagrande, 1991). Bouleversant les conceptions identitaires du genre, ce personnage féminin ira jusqu’à affirmer qu’elle « deüsse un hons [homme] estre » (v. 1150). Si ces mots surprennent par leur apparente modernité, une lecture approfondie du Contrefait montre que le texte hérite néanmoins des vues misogynes du milieu clérical et des recommandations de la pastorale de son temps sur la conduite féminine. Les paroles « novatrices » des femmes serviraient-elles alors à rapporter le discours phallocrate ambiant, donnant entre autres vie à la « malle femme » dont se plaint Matheolus au XIIsiècle? Nous nous proposons d’étudier les mécanismes qui permettent selon nous au narrateur-auteur du Contrefait de faire parler le « féminin » tout en en usurpant la voix. Il s’agira surtout de considérer ce témoignage de ventriloquie ou bien de travestisment discursif comme une manifestation d’ambiguïté narrative, le narrateur-auteur du roman s’appropriant les traits de la persona féminine d’Hersant afin de dire autrement sa misogynie et ainsi de réduire la femme au silence.

24 novembre 2023 – Saint-Martin d’Hères – Domaine universitaire, Maison des langues et des cultures, salle Jacques Cartier, 9h45-16h – Journée d’études sur le programme de l’agrégation de Lettres modernes : “Peut-on rire de tout ? Les fabliaux”, organisée par Corinne Denoyelle

23 novembre 2023 – Saint-Martin d’Hères – Domaine universitaire, MaCI, Salle 137, 17h30-19h30 – Séminaire doctoral de MAiGRE : Séance 1 : “Crises et sortie de crise dans la Chronique Française de Guillaume Cretin” par Ellen Delvallée

MAiGRE vous donne rendez-vous pour la première séance de son séminaire mensuel de l’année universitaire 2023-2024 sur la thématique “La crise au Moyen Âge, le Moyen Âge en crise ? (Volume II)” le jeudi 23 novembre à 17h30 en format hybride, sur place en salle de réunion 137 de la MaCI sur le campus de Grenoble (Maison de l’Innovation et de la Création, 339 Av. Centrale, 38400 Saint-Martin-d’Hères) ou en ligne sur Zoom.

 

Nous aurons le plaisir d’écouter Ellen Delvallée, chargée de recherche CNRS (UMR Litt&Arts, Université Grenoble Alpes), spécialiste de la poésie de cour et de l’historiographie à la frontière du Moyen Âge et de la Renaissance, qui nous parlera des “Crises et sortie de crise dans la Chronique Française de Guillaume Cretin“. En voici un petit aperçu : 

À la demande de François Ier, Guillaume Cretin entreprend en 1515 la rédaction d’une grande chronique de l’histoire de France entièrement en vers. Le poète s’éteint cependant en 1525 en n’ayant achevé que cinq des douze livres projetés. Au fil des livres de la Chronique française, Cretin donne à lire la crise personnelle qu’il traverse : il se rend bien compte que sa vieillesse et la maladie l’empêcheront de terminer son oeuvre. Ce constat s’accompagne, dans les prologues des différents livres, d’une autre crise : celle de la cohabitation difficile du vers et de l’histoire, peu usuelle à cette époque et toujours sujette à des justifications diverses.
 
La communication entend montrer que Cretin, conscient de ces deux crises, envisage une sortie de crise commune : celle d’une réorientation générique de l’oeuvre. Prenant acte de l’inachèvement de sa chronique qui se profile, le poète modifie le centre de gravité générique de son texte, qui passe d’une chronique historiographique avec des vers en surcroît, à un poème historique, épopée inédite prenant des épisodes de l’histoire de France comme sujet. La communication montrera que cette bascule du genre de l’oeuvre n’est pas sans conséquences sur la diffusion et la réception de la Chronique française et que les deux crises conjoncturelles que sont la maladie du poète et la cohabitation du vers et de l’histoire mettent en crise, en retour, notre perception des catégories structurantes comme le “Moyen Âge” et la “Renaissance”.

16-17 novembre 2023 – Paris, Sorbonne Université, Salle des Actes, Salle des Actes & Marne-la-Vallée, Université Gustave Eiffel, Auditorium Georges Perec, 9h30-18h – Colloque “Bien consommer. Les consommations légitimes dans les villes médiévales (XIIe-XVIe siècle)”

Ce colloque a pour but d’interroger la notion de consommation légitime dans les cités médiévales entre le XIIe et le XVIe siècle. Qu’est-ce que la, ou plutôt les bonnes consommations ? Qui est légitime à dire la frontière entre l’indispensable et le superflu ? Pourquoi cette capacité à dire la norme devient-elle de plus en plus cruciale dans des mondes urbains en mutation rapide ? Le colloque sera particulièrement attentif à mener une approche comparatiste entre les différents espaces de l’Occident médiéval (Italie, péninsule ibérique, France, Angleterre, Pays-Bas, Empire…).

La 1re discussion du colloque portant sur la thématique “De l’essentiel et du superflu : fixer la limite” sera présidée par Ilaria Taddei, professeure d’histoire médiévale à l’Université Grenoble Alpes et directrice du LUHCIE (Laboratoire Universitaire Histoire Cultures Italie Europe) et comptera l’intervention de Vincent Alleau, doctorant contractuel en histoire médiévale sous la direction d’Ilaria Taddei et membre de MAiGRE : “Consommer en temps de crise. La production et la consommation de biens sous le pontificat de Martin V (1417-1431)” (jeudi 16 novembre, 11h15-11h45).

Plus d’informations dans le programme.

2023-2024 – Saint-Martin d’Hères – Domaine universitaire, MaCI, Salle 137, 17h30-19h30 – Séminaire doctoral de MAiGRE : “La crise au Moyen Âge, le Moyen Âge en crise ?” (Volume II, 2023-24)

Les membres de MAiGre ont le plaisir de vous communiquer le programme séminaire doctoral mensuel pour l’année universitaire 2023-24 consistant en la poursuite de leur réflexion sur la thématique de la crise au Moyen Âge, amorcée lors de l’année universitaire 2022-23. 

Si la crise est un sujet actuel, il pose d’emblée problème car le terme n’apparaît qu’à la fin du Moyen Âge dans un emploi très spécifique, recensé en 1478 sous la forme latine crisim « décision ; phase aiguë d’une maladie ». Ce n’est qu’au XVIIe siècle que le mot prend le sens de « moment de tension psychologique où l’énervement ou les passions sont à leur comble », puis par extension « phase grave qui traverse la politique, les affaires ». Pourtant le Moyen Âge, par sa durée et son foisonnement, s’en trouve indéniablement ponctué. Cette longue période est traversée par de nombreux bouleversements politiques, religieux, scientifiques ou encore philosophiques qui ont modelé l’histoire et trouvent leur expression dans les arts et les lettres. En l’absence de terme pour nommer ces « phases graves », comment les crises ont-elles été perçues, questionnées voire dépassées par les hommes et les femmes du Moyen Âge ? L’appellation même de « Moyen Âge » pose question et son intégrité temporelle ne cesse d’être redéfinie dans la lignée de Johan Huizinga et de Jacques Le Goff. Qu’appelle-t-on « âge moyen » dans nos civilisations ? Le Moyen Âge est-il totalement clos sur lui-même ? La Renaissance marque-t-elle une rupture définitive ?

Autant de questionnements qui ont guidé nos échanges, riches de notre interdisciplinarité et d’approches définitionnelles variées, depuis la crise narrative dans les romans médiévaux tels que Perceforest, le Roman de Renart ou Tristan et Yseult à la rupture chronologique et épistémique dans les traités agricoles de la fin du Moyen Âge, en passant par l’étude du Grand Schisme d’Occident. Nous avons attendons nombreux·ses pour poursuivre ces réflexions, en présenciel à l’UGA ou en hybride sur Zoom : https://univ-grenoble-alpes-fr.zoom.us/s/91313577354 (code : 724290).

26-27 octobre 2023 – Lyon – MSH de Lyon, espace Marc Bloch, 9h30-17h30 – Journées d’études doctorales du CIHAM : “Fin(s) et rupture(s) au Moyen Âge”

La fin correspond à un achèvement, la fin d’un état et le jugement de toute chose. Au Moyen Âge, la société se construit autour d’une grande fin programmée, de nature religieuse, dont ce colloque propose de prendre le contre-pied.
L’objectif est d’étudier les fins pour saisir leur place dans l’ensemble des dimensions des mondes médiévaux. En nuançant cet arrêt de toute chose, nous proposons d’intégrer également les ruptures : ces interruptions, ces suspensions du temps et des actions des hommes qui souvent ne sont pas irrémédiables.

Dans le cadre de ces journées doctorales, les membres de MAiGRE viendront présenter les réflexions et conclusions du séminaire doctoral “La crise au Moyen Âge, le Moyen Âge en crise ?” (Volume I, 2022-23) : Émilie DEMOUSELLE (Université Grenoble Alpes), Lucas FLANDRE (Université Grenoble Alpes, Université catholique de Louvain)

Comité d’organisation
Davide ARUTA, Tomasz DALEWSKI, Laure DOMONT, Clara LENNE, Nicolas MAZEL.

Comité scientifique
Guido CASTELNUOVO (Avignon Université), Frédéric DUPLESSIS (ENS de Lyon), Marie-Pascale HALARY (Université Lyon 2), Marie-Céline ISAÏA (Université Lyon 3), Francesco MONTORSI (Université Lyon 2), Marylène POSSAMAÏ-PÉREZ (Université Lyon 2)