Archives de l’auteur : Marielle Devlaeminck

Soutenance d’Alina Mihoc le 13 juillet 2022

Religio. Analyse intermédiale du manuscrit de la Passion d’Arras d’Eustache Marcadé

Résumé

La Passion d’Arras d’Eustache Marcadé est l’une des premières mises en scène de grande ampleur de la vie du Christ en langue française. Son manuscrit est depuis longtemps considéré comme un chef-d’œuvre enluminé mais l’étude systématique des rapports entre texte et image n’avait jamais été entrepris. 

L’objectif de la thèse est de démontrer comment les utilisateurs du livre, constitués à la fois en spectateurs et en lecteurs de cet objet plurimédiatique, ont pu se représenter et revivre mentalement le spectacle grâce au montage du textuel et du visuel. L’étude des événements les plus significatifs de la vie du Christ et de trois fils rouges dramatiques (les démons, la Trinité et la prédication) permet de montrer comment a fonctionné une communication fondée sur la notion de religio, visant à persuader le public de méditer et de suivre la voie du Christ.

Composition du jury

  • Estelle DOUDET (Professeure, Université Grenoble Alpes, Directrice de thèse)
  • Catalina GIRBEA (Professeure, Université de Bucarest, Roumanie, Directrice de thèse)
  • Stéphanie LE BRIZ-ORGEUR (Maîtresse de conférences HDR, Université de Nice, Rapporteure)
  • Marie BOUHAÏK-GIRONÈS (Chargée de recherche HDR CNRS, Délégation Paris Centre, Rapporteure)
  • Veronica BĂLAN (Professeure, Université de Bacău, Roumanie, Examinatrice)
  • Corinne DENOYELLE (Maîtresse de conférences HDR, Université Grenoble Alpes, Examinatrice)

13 juillet 2022 – 13h30

Saint-Martin-d’Hères – Domaine universitaire
Bâtiment Stendhal
Grande salle des colloques (aile G, 4e étage)

Soutenance de Camille Brouze le 10 juin 2022

“De viel porte voix et le ton” : corps et masques du vieillissement dans la poésie en français des XIVe et XVe siècles

Résumé

Ce travail s’intéresse aux représentations du vieillissement dans la poésie en français de la fin du Moyen Âge. Comparant les productions d’une dizaine de poètes parmi lesquels Eustache Deschamps, Charles d’Orléans, Michault Taillevent ou Jean Froissart, il analyse les raisons pour lesquelles le discours poétique devient à cette période le lieu privilégié de l’exposition de corps sénescents et plus particulièrement d’autoportraits en vieillard. Nous montrons comment cette incursion du grand âge dans un genre jusqu’ici voué à la jeunesse participe des mutations de la voix poétique dans l’histoire littéraire. Nous partons du postulat que, tout en se présentant comme une position de faiblesse, le masque du grand âge comporte en vérité des ressources intéressantes pour les poètes qui les exploitent et qui cherchent à faire valoir une supériorité.

La première partie se centre sur le corps vieillissant que se donnent les poètes, elle montre de quelles manières ils reconfigurent les savoirs à leur disposition, qui encadrent fortement la conception médiévale de la sénescence, pour produire un corps poétique marqué de singularité, y compris dans sa dimension la plus obscène.

La deuxième partie porte sur les rapports qu’entretiennent ces corps d’hommes avec une vieillesse au féminin à laquelle ils cèdent la parole. Tout en perpétuant une tradition de représentations très misogynes de la sénescence des femmes, les poètes font entendre des voix féminines moins comiques : en faisant de ces dernières les porte-paroles de leur esthétique, ils confèrent par le jeu de l’incarnation poétique une dignité aux vieillardes.

La dernière partie entend redéfinir les implications esthétiques et communicationnelles de l’identité poétique de sénescent. Nous établissons que le vieillissement tient une position particulière parmi les différents masques que les poètes peuvent adopter. S’il ne s’autorise pas toujours d’un ancrage biographique, il se définit par rapport à une morale des âges qui impose des devoirs et offre des bénéfices, portant au cœur des textes une charge affective plus forte destinée à toucher le lectorat. Les avantages d’un ethos sénescent apparaissent plus clairement à l’examen de deux types d’actes communicationnels : l’enseignement, porté par le discours didactique, et la requête, par laquelle les poètes avancent une demande. Notre étude entend ainsi remettre en question la négativité que le champ des aging studies associe à la notion de stéréotype, devenue sous la plume des poètes sénescents non plus une contrainte mais un atout.

Composition du jury

  • Estelle DOUDET (Professeure, Université Grenoble Alpes, Directrice de thèse)
  • Adrian ARMSTRONG (Professeur, Queen Mary University of London, Rapporteur)
  • Sylvie LEFÈVRE (Professeure, Sorbonne Université, Rapporteure)
  • Philippe MAUPEU (Maître de conférences, Université Toulouse 2 – Jean Jaurès, Examinateur)
  • Jean-Claude MÜHLETHALER (Professeur émérite, Université de Lausanne, Examinateur)
  • Fleur VIGNERON (Maîtresse de conférences, Université Grenoble Alpes, Examinatrice)

Le 10 juin 2022 à 13h30

Saint-Martin-d’Hères – Domaine universitaire
Bâtiment Stendhal
Grande salle des colloques (aile G, 4e étage)

Le médiévalisme : (re)vivre le Moyen Âge ?

Première séance du séminaire doctoral Penser le Moyen Âge aujourd’hui, coordonnée par Marielle Devlaeminck.
Le 19 décembre 2017 de 17h30 à 19h30 en salle B. 325 (salle des doctorants de Litt&Arts, Campus, bâtiments Stendhal)

Le Moyen Âge est une période qui ne cesse de susciter l’intérêt des spécialistes mais aussi du grand public. J’en veux pour preuve les nombreuses séries à succès présentant des mondes d’inspiration médiévale (Game of Thrones, mais également la récemment annoncée série télévisée consacrée à l’univers de Tolkien), l’existence de nombreux marchés médiévaux (le festival Cidre et Dragon, le marché de l’histoire de Compiègne, les Grandes Médiévales d’Andilly, les fêtes médiévales du Clerjus, de Comines et de Provins, pour n’en citer que quelques unes), l’artisanat d’inspiration médiévale en plein essor, les chaînes de vulgarisation scientifique autour de cette période sur Youtube (La Prof, Nota Bene, Aslepios pour n’en citer, là encore, qu’une poignée).

La profusion de ces manifestations nous pousse à nous questionner sur la notion de « médiévalisme » qui, sous la plume de Vincent Ferré, désigne « l’ensemble des références au Moyen Âge dans le monde contemporain ».

La séance sera composée d’une introduction à la notion dans la critique sur base de citations et d’extraits rétro-projetés, suivie d’une table ronde-débat au cours de laquelle nous pourrons nous pencher sur les quelques éléments qui suivent sans que cette liste ne soit exhaustive : quel rapport entre médiévisme (la discipline universitaire de l’étude du Moyen Âge) et médiévalisme ? Quelles formes peuvent prendre le médiévalisme ? Comment reconstituer des pratiques et gestes du Moyen Âge au moyen d’illustrations, de débris, fragments, d’objets, de témoignages écrits, de techniques actuelles ?

A cette occasion, seront aussi transmis les témoignages de plusieurs artisans, archéologues et amoureux du Moyen Âge qui ont accepté bien gentiment de nous faire part de leurs expériences.
Les participants et participantes sont invités bien chaleureusement à venir avec leurs questions et leurs expériences personnelles s’ils pratiquent la reconstitution médiévale, par exemple.

Les faits et gestes de Robin des Bois

Textes présentés, traduits et annotés par Jonathan Fruoco

Publié chez en Octobre 2017 chez UGA éditions.

Tout le monde connaît Robin des Bois, mais rares sont les lecteurs francophones ayant pu lire les textes originaux ayant immortalisé l’évolution de sa légende. Cet ouvrage comble ce manque et propose une sélection de textes en édition bilingue pour mieux suivre la trace du célèbre hors-la-loi anglais.

Version papier disponible sur le site de l’éditeur.
Prix : 24,90 euros
ISBN : 9782377470136

Présentation

Ce livre propose au lecteur de retracer les pas de Robin des Bois et de suivre l’évolution de ses aventures, depuis leur accession à l’écrit durant le Moyen Âge jusqu’à leur publication de masse durant les XVIIe et XVIIIe siècles, en passant par leur revigoration sous l’ère Tudor.
Les faits et gestes de Robin des Bois donne ainsi pour la toute première fois au public français l’opportunité de lire ces poèmes, ballades et saynètes jusque là inédites en France en suivant non seulement les manuscrits originaux mais également les volumes de références parus chez nos voisins anglophones, notamment celui édité par Joseph Ritson en 1795, l’anthologie James Francis Child publiée à la fin du XIXe siècle et l’excellent Rymes of Robyn Hood de Richard Barrie Dobson et John Taylor, datant de 1976.

Penser le Moyen Âge aujourd’hui

Séminaire interdisciplinaire des doctorant.e.s médiévistes grenobloi.se.s
Déclaration d’intention pour l’année universitaire 2017-2018

Qu’est-ce qu’être un jeune chercheur ou une jeune chercheuse médiéviste aujourd’hui ? Quels outils sont les nôtres ? Quelles démarches nous guident ? De quels travaux sommes-nous les héritiers ? Nous souhaitons adopter une démarche interdisciplinaire pour réunir historien.e.s, historiens de l’art, philosophe et littéraires des universités de Grenoble autour de cet objet commun qu’est le Moyen Âge. Notre objectif est de nous intéresser autant à la période que nous travaillons toutes et tous qu’à nos pratiques de recherches. La mise en commun des savoirs, des sources et des méthodes de travail que nous avons ne peut qu’être bénéfique.

Un séminaire

Nous souhaitons nous réunir une fois par mois, pour des séances de deux heures, de préférence en soirée, selon un calendrier décidé collectivement. Les séances pourront être organisées selon des modalités variées dont voici quelques exemples :

séances consacrées à un ou une invité.e : celui-ci ou celle-ci nous présente une intervention sur un thème de son choix donnant ensuite lieu à des discussions. Pourront être invités des enseignant.e.s d’université, des chercheurs et chercheuses, mais également des conservateurs et conservatrices, bibliothécaires et autres professions pouvant être en lien avec le thème de nos séminaires (artisans, professionnels du spectacle).

séances thématiques : deux ou trois intervenant.e.s proposent sur un thème donné des interventions de 20 à 25 minutes, suivies de discussions collectives. Le but étant ici de laisser la place aux doctorant.e.s et masterant.e.s.

tables rondes : discussions préparées autour d’un thème. Chacun.e. amène ses réflexions et un peu de bibliographie sur un sujet afin de pouvoir en débattre.

Toutes les séances seront coordonnées par une ou deux personnes la ou lesquelles changeront à chaque séance afin de répartir la charge de travail entre nous tous et toutes. Est entendu par « coordonner une séance » tout ou partie des actions suivantes

– envoyer une bibliographie et un ou deux articles une semaine avant pour que chacun puisse en prendre connaissance et faire suivre l’information à l’équipe de gestion du site Moyen Âge interdisciplinaire à Grenoble.

– envoyer dans le même temps un déroulé de la séance en veillant à laisser au moins 30 minutes pour les échanges.

Calendrier des séances

Toutes les séances ont lieu le Mardi soir de 17h30 à 19h30 en salle B 325 du bâtiment Stendhal. Si un contretemps nous oblige à changer de salle, l’information sera transmise par mail et affichée sur ladite salle.

– Fantasmer le Moyen Âge
19 décembre 2017 : Médiévisme et médiévalisme (coordonné par Marielle Devlaeminck)
23 janvier 2018 : Récupérations du Moyen Âge (coordonné par Sandrine Carlier et Audrey Dominguez)

Il est difficile de ne pas plaquer nos propres perceptions et lectures modernes sur le Moyen Âge. Les sources iconographiques et littéraires véhiculent des images contradictoires dont le grand public s’empare, et que le monde politique instrumentalise. Quelle posture scientifique adopter face aux instrumentalisations politique ? Et sur un autre plan, quels échanges fructueux peuvent émerger des contacts entre recherche institutionnelle et médiévisme ? (Le médiévalisme rassemble toutes les pratiques qui peuvent être celles de quelqu’un appréciant le Moyen Âge (se costumer, faire de la reconstitution, pratiques artisanales, etc.), c’est un formidable moyen de faire « revivre » et connaître des époques désormais lointaines.)

Outils de la recherche en médiévistique
13 février 2018, séance coordonnée par Charlotte Guiot

Nous prenons parfois tardivement connaissance de l’existence de bases iconographiques ou textuelles, de réseaux en ligne de médiévistes ou de groupes de recherche qui auraient pu constituer une ressource intéressante et efficace. Cette première séance aurait ainsi pour but de mutualiser les outils (sites, revues, plateformes) propres à chacun et chacune dans nos recherches.

Des écoles de chercheurs et chercheuses
27 mars 2018 : séance coordonnée par Camille Brouzes et Laurence Doucet

Nos pratiques de recherches peuvent hériter des codes de pensée antérieurs. Comment se positionner face à ces « écoles » ? Comment avoir un regard critique sur les critiques. En somme : de l’importance d’une approche épistémologique de nos travaux.

Enseigner et transmettre le Moyen Âge
10 avril 2018 : séance coordonnée par Maxime Kamin

Le Moyen Âge peut rebuter comme fasciner : les programmes de l’enseignement secondaire lui laissent peu de place en français comme en histoire, et bien souvent les étudiant.e.s ne découvrent véritablement la période qu’à l’université ou par le biais de travaux de vulgarisation notamment en ligne. Comment transmettre l’objet de nos recherches à une classe ou un grand public en passant outre le choc culturel de la langue et des pratiques ?

Certaines séances n’ont qu’une coordinatrice, d’autres peuvent bien sur se proposer pour apporter leur aide. L’idéal serait d’être deux à coordonner une séance.

Cantari arthuriens, romances italiennes du XIVe siècle

 Textes présentés, traduits et annotés par Daniela Musso

Publié en juillet 2017 chez UGA éditions

Textes poétiques issus de la tradition orale et populaire italienne, les cantari, présentés ici en édition bilingue, renvoient aux récits légendaires du roi Arthur et des chevaliers de la Table Ronde.

Version papier disponible sur le site de l’éditeur.
Prix : 23 euros
ISBN : 9782377470099

 

 

 

Présentation

Cet ouvrage regroupe six cantari produits au XIVe siècle dans l’Italie du centre nord. Performance d’un conteur de rue, le cantare est un récit improvisé. De ce genre intrinsèquement oral, les témoins écrits sont spécialement précieux. Les six textes présentés sont inspirés par les adaptations italiennes de la littérature arthurienne tout autant que par les contes merveilleux.

 

Le Roman de Torec

Texte présenté, traduit et annoté par Baukje Finet-Van der Schaaf

Publié en Juin 2015 chez UGA éditions

Édition bilingue d’un roman arthurien en moyen néerlandais narrant la quête d’un jeune homme, Torec, pour retrouver la couronne d’or volée à sa grand-mère longtemps avant sa naissance et son mariage avec la jeune fille qui possède ce diadème.

Version papier disponible sur le site de l’éditeur
Prix : 23 euros
ISBN : 9782843103001

 

Présentation

Le Roman de Torec, attribué à Jacob van Maerlant (1235-1290/1300), serait une traduction-adaptation d’un roman français perdu : Torrez, le Chevalier au cercle d’or. Fondé sur quelques motifs de deux contes-types populaires, le roman partage le thème de l’amour familial et celui de l’amour courtois consacré par le mariage avec d’autres romans arthuriens ou d’aventure. Associés au motif de la réparation d’un méfait et celui d’un tournoi pour obtenir la main de la bien-aimée ils constituent les fils conducteur de la cohésion du récit. A travers la réécriture de la « matière », aventures, thèmes et motifs de ses sources, le roman représente une oeuvre intertextuelle, nouvelle et originale.