Archives de catégorie : atelier

27 Novembre 2020 – Cartographier et raconter l’ailleurs

Le 27 novembre 2020, l’Université de Lausanne propose un atelier en ligne autour de la thématique “Cartographier et raconter l’ailleurs”.

Voici le programme :

09h00: Introduction
09h15: Julia Roumier (Université Bordeaux-Montaigne), Coloniser l’imaginaire et spatialiser le savoir. La rationalisation de l’image du monde à travers la description géographique et la cartographie (XIVe-XVe s.)
09h45: Christine Gadrat Ouerfelli (Université d’Aix-Marseille), Questionnements sur l’écriture, le genre et la réception des récits de voyage au Moyen Âge
10h45: Pauline Quarroz (Université de Fribourg), L’insaisissable Enfer : quand le Voyage de saint Brendan s’aventure aux confins de la représentation littéraire
11h15: Hélène Bellon (Universités de Genève et Neuchâtel), La géographie des confins dans la littérature alexandrine
13h30: Discussion animée par les étudiant.e.s

Pour suivre cet atelier, contacter Hélène Cordier : helene.cordier@unil.ch

Pour connaître le programme du centre d’études médiévales de Lausanne, cliquer sur le lien suivant : programme .

Source

“Faire et dire le théâtre”, par Jelle Koopmans les 23 et 24 octobre 2018

Information de la maison de la création : http://maisondelacreation.univ-grenoble-alpes.fr/fr/formation/ateliers/faire-et-dire-le-theatre-par-jelle-koopmans-392774.kjsp?RH=MC

Dans le farce de Raoulet Ployart de Pierre Grignore, la femme préfère (quand il s’agit de « labourer sa vigne ») le personnage Faire au personnage Dire. Ici, nous prendrons un exemple concret: l’utilisation de formes strophiques, et notamment le triolet, sur la scène des XVe et XVIe siècles. Bien multiples sont les interprétations intelligentes, gratuites, peu fondées et plausibles qui ont été formulées, mais personne n’a encore soumis la question à l’épreuve de la pratique – est-ce que cela pourrait tout simplement fonctionner comme on le croit? En guise d’ouverture à un atelier, pratique et concret, où nous procéderons à une véritable « mise en pratique », cette conférence détaillera les enjeux, les possibilités, et les dangers de la forme même de l’atelier comme outil historique pour l’étude du théâtre médiéval – et renaissant, d’ailleurs, et plus proprement pour tout théâtre historique. La grande question au rendez-vous sera celle du rapport entre la parole et l’action, et donc non seulement « quand dire, c’est faire », mais aussi « quand faire c’est dire ».
La conférence aura lieu le 23 octobre de 16h30 à 18h (Amphithéâtre MSH Alpes) et sera suivie par un atelier du 24 octobre de 9h à 17h  (studio 3 du bât. EST). Pour en savoir plus …

Inscriptions :

Jelle Koopmans travaille depuis 1989 à l’Université d’Amsterdam, au département de français et à l’Institut de Culture et d’Histoire. Sa thèse de doctorat (Université de Leyde, 1987) portait sur les sermons joyeux français des XVe et XVIe siècles. Depuis, il a publié un certain nombre d’éditions importantes de textes dramatiques et narratifs ainsi que des monographies (mentionnons : Le théâtre des exclus au Moyen Âge, Paris, Imago, 1997). Il est membre de l’Académie Royale des Arts et des Sciences (KNAW) et président du Conseil pour les Sciences de l’Homme (RGW) aux Pays-Bas. En 2012, la ville de Tours lui a remis la médaille de la ville pour ses travaux sur la Renaissance française.