Archives de catégorie : Colloques

L’ensemble de ces articles concerne les colloques organisés au sein de l’Université Grenoble Alpes

Communication : “Shepherds, interpreting and echoing the voice of nature”

Du 22 avril au 1e mai, le colloque international du Forum for Medieval and Renaissance studies in Ireland, “The Senses in Medieval & Renaissance Europe: Hearing & Auditory Perception” se tiendra en ligne.

Programme et réservation : https://www.eventbrite.ie/e/the-senses-in-medieval-renaissance-europe-hearing-auditory-perception-tickets-145008822291?keep_tld=1 

Dans le cadre de ce colloque, Charlotte Guiot, doctorante Litt&Arts, présentera une communication intitulée “Shepherds, interpreting and echoing the voice of nature” le vendredi 23 avril à 15h30.

2 avril 2021 – Journée d’études “Espaces conventuels et circulation liturgique en Rhône-Alpes au Moyen Âge”- Université Grenoble-Alpes – Amphi 6

Journée d’études coorganisée par Anne Baud (ArAr), Noëlle Deflou-Leca (LEM-CERCOR) et Laurent Ripart (LLSETI)

Informations complémentaires et téléchargement du programme : https://www.univ-st-etienne.fr/fr/lem-cercor/agenda-actualites/actualites-2020-2021/je-espaces-conventuels-et-circulation-liturgique-en-rhone-alpes-au-moyen-age.html

4 mars 2021 – Conférence du LUHCIE (en visioconférence) de 15h à 18h, “Culture des institutions. Chancellerie et Armée dans le royaume de Naples (XIIIe – XVe siècle)” par Roberto Delle Donne, Amedeo Feniello et Francesco Storti

Séminaires d’histoire médiévale à Grenoble en 2021

Notez dans vos agendas de 2021 des conférences grenobloises abordant l’histoire médiévale !

Calendrier de médiévistique européenne

Le Réseau des Médiévistes Belges de Langue Française a mis en place un calendrier rassemblant un grand nombre d’événements de la recherche médiévale en Europe.
Séminaires, journées d’étude, colloques… mais aussi offres de bourses et d’emploi, le calendrier du RMBLF est une source d’informations utiles pour avoir une vision globale des projets en médiévistique.

Le calendrier

« Arthur transmédial : la légende du roi Arthur entre cinéma, séries, bande dessinée, musique et jeux » (Colloque en ligne, 12-13 novembre 2020)

Pour en savoir plus sur l’imaginaire arthurien, Brigitte Friant-Kessler et Emanuele Arioli, enseignants-chercheurs à l’Université Polytechnique Hauts-de-France (Valenciennes), ont organisé un colloque sur deux journées en distanciel.


Le lien pour assister au colloque, accessible à toutes et à tous, les 12 et 13 novembre :

 
ID de réunion : 821 9998 9210
Code secret : 123
 

4 décembre 2020 – Journée d’études sur “Les bâties dans l’espace delphino-savoyard au Moyen Âge : nouvelles données et orientations de recherches” – Domaine universitaire, Saint-Martin-d’Hères, Centre des Langues Vivantes, amphi H

Entrée libre dans la limite des places disponibles (Réservation au 04 76 00 31 21). Renseignements et téléchargement du programme : https://culture.isere.fr/actu/journee-detude-bastida-le-4-decembre-2020# 

Colloque international – Digi Florimont

13-14 décembre 2018
Domaine Universitaire St-Martin d’Hères
Amphithéâtre de la MSH

“Le texte du Moyen Âge, on le sait désormais très bien, est un texte en mouvement : impossible de ne pas tomber sur les mots “variance” et “mouvance” quand on aborde le sujet de la transmission textuelle à travers l’écriture manuscrite. En revanche, rien de plus statique que la page moderne imprimée, à travers laquelle nous redonnons vie à ces textes du passé. La distance entre l’objet de nos études et sa représentation peut, de cette façon, se révéler importante et quelque fois trompeuse. L’application du numérique aux études concernant la textualité médiévale nous permet, nous permettrait justement de combler cette distance et nous ouvrir de nouvelles pistes de recherche nous obligeant ainsi à réfléchir de façon critique sur nos démarches méthodologiques.

La présentation de l’édition numérique du Roman de Florimont (XIIe siècle), réalisée grâce à un financement européen Marie Curie IF, sera l’occasion de dresser un bilan depuis la première expérience de Karl Uitti en 1994 avec le Princeton Charrette Project, entre révocation historique et présentation de nouveaux projets.

Codicologie, philologie, lexicologie, histoire de l’art, histoire : les domaines d’appartenance des participants à ce colloque sont très variés. Nous aurons l’occasion de défendre la possibilité d’interpréter désormais de façon globale la textualité médiévale grâce à sa représentation à travers la textualité numérique.”

Télécharger le programme.


Colloque “Chanter les poètes” – Poésique18

Le laboratoire ILCEA4 organise cette semaine un colloque à l’Université Grenoble Alpes :

“Colloque
du 16 au 18 octobre 2018
Université Grenoble Alpes

Ce colloque international, organisé par l’ILCEA4, se tiendra du 16 au 18 octobre 2018.
Alors que Dante affirmait encore au début du XIVe siècle, dans une sorte de filiation revendiquée avec la lyre des Muses ou d’Orphée, que «toutes paroles mises en vers [sont] chansons», et que troubadours et trouvères créaient au Moyen Age à la fois les poèmes et les musiques qui les accompagnaient, à la fin du Moyen Age et dès le XVIe siècle musique et poésie se dissocient. Le poème est alors considéré comme ayant une musique qui lui est propre. Tandis que la modernité a consacré le poème à lire silencieusement et que la chanson s’est constituée comme un art autonome, on assiste au XXe siècle à un regain d’intérêt pour la poésie, et le texte écrit pour la page devient texte de chanson. S’adressant à un public bien plus large que le genre défini au XIXe siècle de la «mélodie» (Kunstlied, Art Song), genre dont l’existence est constatable dès la Renaissance, des chanteurs «populaires» se tournent eux aussi vers une poésie qui n’était pas destinée à être chantée en public et transforment ainsi les vers des poètes en «paroles» de chanson. Ce phénomène s’amplifie et se constate dans toutes les aires linguistiques et culturelles au cours des XXe et XXIe siècles : en France les poésies d’Aragon sont adaptées par Léo Ferré, Jean Ferrat, et Brassens, en Espagne Miguel Hernández est mis en musique par Enrique Morente ou Carmen Linares, aux États­-Unis Jim Morrison ou Bob Dylan chantent les poèmes de William Blake, et l’on assiste à d’improbables rencontres entre Jean-Louis Murat et Antoinette Deshoulières, Pascal Obispo et Marceline Desbordes-Valmore, Jean-Louis Aubert et Michel Houellebecq, ou Carla Bruni et la poésie anglo-saxonne des XIXe et XXe siècles (W.B. Yeats, E. Dickinson, W.H. Auden, Dorothy Parker). L’adaptation de poésies devient ainsi une catégorie de la chanson populaire, et se retrouve dans tous les genres musicaux (jazz, pop, rock, flamenco, world music) se distinguant ainsi de productions moins attentives à la qualité du texte.

Ce sont ces phénomènes d’appropriation, d’interprétation (au sens propre) et de réinterprétation que nous voudrions étudier dans le cadre de ce colloque international «Chanter les poètes» qui permettra d’abord d’apporter un éclairage sur la constitution d’un «canon» : quels sont les poètes mis en chanson et comment s’opère le choix ? On s’interrogera aussi sur les modalités particulières de «mise en musique» de la poésie, sur la notion de «cantilation» et de poème «cantilable» (selon la définition de Stéphane Hirschi), sur la figure du chanteur comme «passeur», sur les phénomènes d’appropriation et de réécriture (Aragon définissait la mise en musique comme «une forme supérieure de la critique poétique, une critique créatrice, qui recrée le poème, qui choisit et donne à un vers une importance une valeur qu’il n’avait pas, le répète, en fait un refrain…»), sur les modifications introduites par la musique et la voix sur la perception du texte, voire sur le texte lui-même par l’adaptation, sur les liens privilégiés entre poésie savante et chanson populaire en fonction de la période abordée — Antiquité, Moyen Age, Renaissance, époque moderne époque contemporaine — et de l’aire géographique (Europe, Afrique , Amérique, Asie, Australie). Il sera aussi possible de s’intéresser à des textes de chansons visant une grande qualité poétique : les auteurs-compositeurs interprètes ne sont-ils pas des poètes à part entière, l’attribution en 2016 du Prix Nobel de littérature à Bob Dylan ne consacre-t-elle pas la valeur poétique du genre ?

Ce colloque, à vocation pluridisciplinaire et transnationale, sera l’occasion d’un dialogue entre différentes approches (littéraire, musicologique, historique, sociologique, philosophique, artistique).”

Télécharger le programme.

2e Appel à communication — Nouvelles perspectives autour de la phraséologie de la langue littéraire médiévale — Grenoble 29-30/11/2018

appel à communication pour le colloque Nouvelles perspectives autour de la phraséologie de la langue littéraire médiévale (Grenoble 29-30 novembre 2018).

Calendrier : Réception des propositions de communication Extension de date 12/10/2018

Format des propositions : un résumé d’une page A4 avec références bibliographiques (Times 12 interligne simple 600 mots maximum) présentant la démarche adoptée et les résultats obtenus. À déposer sur le site https://phraseomedieval.sciencesconf.org/

Colloque : Évêques et communautés religieuses dans le royaume de France et ses marges (816-1563). Stratégies politiques, enjeux, confrontations

10-12 mai 2017, Université Grenoble-Alpes, MSH Alpes

Colloque introductif ANR Col&Mon

Dans le cadre du projet ANR COL&MON qui a pour principal objet l’analyse spatiale de l’implantation des communautés religieuses entre 816 et 1563 dans la confrontation ou le rapprochement entre réguliers et séculiers, les évêques sont le point de jonction entre ces communautés par leur rôle de chef de l’autorité diocésaine, de tutelle ordinaire. On s’attachera donc ici dans une perspective résolument comparatiste à envisager de manière conjointe monde canonial et monde monastique dans un large royaume de France incluant les diocèses périphériques (Flandre, Lorraine, Bourgogne comtale, Provence, Dauphiné) et à examiner la différenciation des attitudes des évêques envers les communautés monastiques d’un côté et canoniales de l’autre. La question est d’autant plus pertinente que si l’historiographie s’est récemment penchée sur la question de l’évêque et de son territoire ou celle de la spatialisation des pouvoirs épiscopaux, monastiques et canoniaux, elle s’est peu interrogée sur le positionnement de l’ordinaire vis-à-vis de la vie communautaire de son clergé diocésain et l’existence ou non de stratégies propres en lien avec des politiques ecclésiastiques plus globales. Par ailleurs, les communautés canoniales séculières relèvent systématiquement de l’autorité épiscopale (sauf de très rares exemples d’exemption) et n’ont donc que le diocèse pour cadre alors que les communautés régulières peuvent aussi relever d’une autorité extra diocésaine quand elles sont intégrées à une congrégation ou à un ordre, ou qu’elles sont exemptes. La dépendance plus ou moins grande des communautés régulières envers l’évêque les distinguent-elles alors les unes par rapport aux autres ? De même, les rapports avec l’évêque sont-ils différents entre des communautés dirigées hors diocèse comme les Clunisiens ou les couvents mendiants ? La spécificité des communautés féminines retiendra également l’attention et permettra de s’interroger sur l’existence ou non d’une politique épiscopale genrée.

Voir programme : Colloque_EvequesEtCommunautes_Programme_WebFINAL