Archives de catégorie : Séminaire doctoral

L’ensemble de ces articles concerne les diverses séances des séminaires doctoraux organisés par les étudiants médiévistes de Grenoble

Questes : Séance de méthodologie du 13 novembre « Aux marges de la thèse »

Le séminaire de méthodologie « Aux marges de la thèse » organisé par Ludmila Nelidoff et Simon Hasdenteufel se tiendra ce vendredi 13 novembre à partir de 18h.
 
[…]
 
Programme :

1° Thèse et colloques. Bryan Muller (Université de Lorraine – CRULH). Bryan Muller est doctorant en histoire contemporaine et professeur dans le secondaire. Il viendra faire part de son expérience et échanger sur la participation et l’organisation de rencontres scientifiques.
2° Thèse et vulgarisation. Simon Hasdenteufel (Sorbonne Université). Simon Hasdenteufel est doctorant en histoire médiévale et propose une discussion sur la place de la « vulgarisation » scientifique dans l’activité du chercheur.
3° Thèse et enseignement dans le secondaire. Ludmila Nélidoff (Sorbonne Université). Ludmila Nélidoff est doctorante en histoire médiévale et enseignante dans le secondaire. Nous verrons quelle organisation il est possible de mettre en place pour mener ces deux activités ensemble.
4° Thèse et activité professionnelle annexe. Axelle Janiak (Panthéon-Sorbonne). Parallèlement à sa thèse en histoire de l’art médiéval, Axelle Janiak travaille comme ingénieure en humanités numériques. Nous discuterons de la manière dont ces deux métiers peuvent être complémentaires.
En raison de la situation sanitaire, le séminaire a lieu sur Discord :
 
 

Mercredi 22 janvier 2020 – séminaire doctoral “Penser le Moyen Âge aujourd’hui” – 17h30, salle B325 – Bâtiment Stendhal

Ésotérisme et dérives sectaires : à qui profite le Moyen Âge?              par Marielle DEVLAEMINCK, doctorante en littérature médiévale, Litt&Arts 

On a coutume de penser que les spiritualités ésotériques sont une mode nouvelle, à l’avant garde, réservées à un seul petit nombre d’initié. Or le « New Age » est en réalité une invention désormais ancienne du XIXe siècle, prenant ses racines dans une peur inspirée par de grandes nouveautés scientifiques et technologiques qui paraissent inexplicables aux yeux du grand public. La science est, en effet, encore affaire de spécialiste et peu valorisée à un cercle plus large. Ces courants spiritualistes du XIXe siècle choisissent d’expliquer autrement ces nouveaux phénomènes que sont, par exemple, l’électricité. Pour ce faire, ils en appellent à des forces invisibles, Dieu, l’alchimie, ou, plus simplement, le savoir ancien. Et quelle meilleur période pour incarner cet ancien monde plein d’une sagesse perdue que le Moyen Âge ? Dès lors, les savoirs médiévaux, leurs codes de représentation picturale ou théâtrale, leur vision du monde, enfin, sont récupérés par ces chantres d’un nouvel ésotérisme. C’est de ce courant du XIXe siècle que nous sommes aujourd’hui les héritiers. Cette conférence se propose d’évoquer les doctrines ésotériques du XIXe siècle à nos jours en les confrontant aux sources médiévales dont elles prétendent s’inspirer, et d’étudier quelques cas extrêmes de dérives sectaires contemporaines issues de ces doctrines.

Mercredi 4 décembre 2019 – séminaire doctoral “Penser le Moyen Âge aujourd’hui”

L’hybridité implicite dans l’art et la littérature (XIIIe-début XVIe siècle) par Hélène JAGER, doctorante en histoire de l’art médiéval, LUHCIE. Mercredi 4 décembre, 17h30, B 325, Bâtiment Stendhal, Université Grenoble Alpes

L’hybridité est un phénomène complexe : ce n’est pas uniquement une association d’éléments humanoïdes ou zoomorphes. Dans des textes ou des images, certains accessoires (fuseau, quenouille, mors), certains comportements ou gestes (allaitement, marche quadrupède, port d’un objet dans la bouche ou port de vêtement en peau animale) humaniseraient l’animal ou, a contrario, animaliseraient la femme.

Anonyme angevin, Livre du Cœur d’Amour épris de René d’Anjou (Ms.fr.24399, f.8v), 1460-1485, Paris, BnF

Séminaire “Penser le Moyen Âge aujourd’hui” : rencontre avec Véronique Beaulande

Mercredi 23 octobre de 17h30 à 19h30
Université Grenoble Alpes
Bâtiment Stendhal
B325

Pour débuter notre séminaire des doctorant·es médiévistes, “Penser le Moyen Âge aujourd’hui”, nous aurons le plaisir d’accueillir Véronique Beaulande, professeure en Histoire médiévale qui a rejoint récemment l’Université Grenoble Alpes. Elle a publié cette année un ouvrage intitulé Les péchés les plus grands. Hiérarchie de l’Église et for de la pénitence (France, Angleterre, XIIIe-XVe siècle). Cette séance sera l’occasion de découvrir ses travaux et d’échanger avec elle.
 
La séance est bien sûr ouverte à toutes les personnes intéressées et notamment aux nouveaux·elles doctorant·es dont nous n’aurions pas encore les coordonnées.

Séminaire doctoral : séance spéciale.

Taku Kuroiwa : Le « meilleur » manuscrit du Mystère de la Passion d’Arnoul Gréban pour le Japon d’aujourd’hui : (re)donner du sens aux études médiévales au Japon du XXIe siècle

lundi 4 mars
17h30-19h30
Salle B325

L’invité de cette séance, Taku Kuroiwa, de l’université du Tohoku au Japon, évoquera la présence de la littérature médiévale française au Japon, en s’appuyant sur le projet de traduction japonaise du Mystère de la Passion d’Arnoul Gréban et en présentant les difficultés soulevées par le choix d’un manuscrit de base.

Le vray mistère de la Passion, Arnoul Greban, édition des frères Belin, Paris 1901
Source gallica.bnf.fr / BnF

Prochaine séance du séminaire “Penser le moyen âge aujourd’hui” : initiation à la recherche iconographique

lundi 14 janvier
17h30-19h30
salle B 325 (Bâtiment Stendhal)

La première heure sera consacrée à la recherche iconographique (nous sommes invités à prendre notre ordinateur) et la deuxième heure à l’organisation de différents projets pour le séminaire doctoral. 

Séminaire doctoral “Penser le Moyen Âge” : séance de paléographie

lundi 17 décembre
17h30 – 19h30
B325
organisée par Maxime Kamin


Quels sont les outils dont dispose le chercheur, novice ou chevronné, dans sa démarche de transcription et d’analyse des manuscrits médiévaux ? Comment s’éduque le regard à la lecture des anciennes écritures, et s’acquiert la connaissance de leur histoire ? C’est en nous appuyant plus particulièrement sur l’étude de deux manuscrits inédits, le ms. BnF fr. Arsenal 3521 et le ms. KBR 11120-22, que nous souhaitons, dans le cadre de cette séance dédiée à la paléographie, aborder certaines caractéristiques du système graphique et abréviatif médiéval, et fournir quelques éléments de méthode pour favoriser l’approche des textes anciens.

Elena Llamas Pombo – Méthodologie de la recherche : le livre médiéval (ponctuation, correction, lecture)

lundi 17h30, salle B 325

À l’occasion de sa venue à Grenoble, Elena Llamas Pombo, spécialiste de l’histoire de l’orthographe et de la ponctuation, proposera lors du séminaire doctoral “Penser le Moyen Âge” du lundi 26 novembre, une séance intitulée “Le livre médiéval (ponctuation, correction, lecture)”.

Elle sera également présente lors des cours suivants :

lundi 26 novembre— LICENCE: 3e année La lettre et la voix de l’ancien français. Séminaire pratique sur la prononciation et l’écriture de l’ancien français. Cours prononciation et Graphie, lundi 13h30-15h30, salle B220

mercredi 28 novembre– LICENCE : 1e année La passion des noms de lieu. Une introduction à la toponymie française.2 heures de cours Panorama de la langue française mercredi 8h30-10h30, Amphi 2
jeudi 29 novembre— MASTER : Normes et usages du françaisL’imaginaire social de l’orthographe du français et de l’espagnol en contraste (16e-21e siècles) jeudi 17h30-19h30, salle D 106


Séminaire “Penser le moyen âge” : interdisciplinarité dans nos travaux individuels et collectifs

lundi 5 novembre
Stendhal – bâtiment B
3e étage – salle des doctorants
17h30-19h30

À l’occasion de la deuxième séance de notre séminaire, nous évoquerons au cours d’une table-ronde la question de l’interdisciplinarité. Nous pourrons revenir sur l’expérience de notre séminaire, pensé comme interdisciplinaire : quels sont les succès rencontrés lors de l’année précédente et en cours, à quelles difficultés nous sommes heurtés ?

Cette séance pourra également se baser sur des expériences individuelles : nous ressentons souvent le besoin de convoquer des savoirs dont nous ne sommes pas spécialistes : littérature, histoire, histoire de l’art, musicologie, droit, etc., comment nous emparer d’outils que nous n’avons pas l’habitude d’utiliser pour créer de nouveaux savoirs entre interdisciplinarité, pluridisciplinarité ou indisciplinarité ? avec quelle légitimité ? quelle efficacité ?

Les laboratoires interdisciplinaires pourront également être évoqués : quels sont les projets collectifs qui font vivre une approche interdisciplinaire ? quels sont les freins à ces travaux ?

Les médiévistes de toutes les disciplines sont donc très chaleureusement invités à se joindre à nous pour discuter de ces questions et enjeux, afin d’apporter des éclairages différents et complémentaires.

séminaire des médiévistes mardi 26 juin de 17h30 à 19h30, en salle B325

Cette dernière séance est surtout destinée à établir le bilan de l’année qui s’achève, et à anticiper celle à venir : nous parlerons du séminaire, de son esprit, des thématiques autour desquelles nous envisageons de discuter l’année prochaine, et de possibles organisations collectives de journées d’études ou conférences

Contact Camille Brouzes

Des écoles de chercheurs et chercheuses 

Des écoles de chercheurs et chercheuses 

Quatrième séance du séminaire doctoral “Penser le Moyen Âge aujourd’hui”, coordonnée par Laurence Doucet et Camille Brouzes Le 27 mars 2018 de 17h30 à 19h30 en salle B. 325 (salle des doctorants de Litt&Arts, Université Grenoble Alpes, bâtiments Stendhal)

 

Comment prendre conscience de notre positionnement intellectuel et scientifique dans un champ dont la structuration ne s’affiche jamais clairement ? En tant que chercheur.e.s médiévistes encore jeunes dans nos pratiques et notre connaissance du monde universitaire, il nous est difficile d’avoir un regard juste sur les méthodologies que nous appliquons et les biais par lesquels nous essayons de comprendre nos objets de recherche. Nous faisons pourtant régulièrement l’expérience d’oppositions formulées par d’autres médiévistes sur des points qui nous semblaient difficilement attaquables, ou de réticences suscitées par des méthodologies précises. Nous lisons aussi des productions scientifiques dont les approches nous paraissent dépassées, ou au contraire particulièrement innovantes. Ces expériences ponctuelles ne nous donnent que l’intuition de l’existence d’un certain nombre d’écoles de pensées et d’approches, sans que nous puissions pour autant situer très clairement notre propre travail.

 

Sommes-nous forcément tributaires des modes de réflexion appliqués par nos directeurs et directrices ? Affilié.e.s, même inconsciemment, à une école de pensée ? Victimes des modes de notre époque dans notre manière d’étudier le Moyen Âge ? Pris.e.s dans un contexte français, sinon plus local encore, qui possède des méthodologies et des centres d’intérêts qui lui sont propres ?

 

Cette séance soulèvera la difficulté de situer nos recherches dans le vaste champ épistémologique de la médiévistique. En partie aidé.e.s par les ressources, les techniques que la communauté des chercheur.e.s médiévistes met à notre disposition, nous tâcherons de saisir la possibilité d’une meilleure compréhension de nos manières de penser et de réfléchir le Moyen Âge.