Archives de catégorie : Soutenances de thèse

L’ensemble de ces articles concerne les annonces de soutenance de thèse des doctorants médiévistes de l’Université Grenoble Alpes

Soutenance d’Alina Mihoc le 13 juillet 2022

Religio. Analyse intermédiale du manuscrit de la Passion d’Arras d’Eustache Marcadé

Résumé

La Passion d’Arras d’Eustache Marcadé est l’une des premières mises en scène de grande ampleur de la vie du Christ en langue française. Son manuscrit est depuis longtemps considéré comme un chef-d’œuvre enluminé mais l’étude systématique des rapports entre texte et image n’avait jamais été entrepris. 

L’objectif de la thèse est de démontrer comment les utilisateurs du livre, constitués à la fois en spectateurs et en lecteurs de cet objet plurimédiatique, ont pu se représenter et revivre mentalement le spectacle grâce au montage du textuel et du visuel. L’étude des événements les plus significatifs de la vie du Christ et de trois fils rouges dramatiques (les démons, la Trinité et la prédication) permet de montrer comment a fonctionné une communication fondée sur la notion de religio, visant à persuader le public de méditer et de suivre la voie du Christ.

Composition du jury

  • Estelle DOUDET (Professeure, Université Grenoble Alpes, Directrice de thèse)
  • Catalina GIRBEA (Professeure, Université de Bucarest, Roumanie, Directrice de thèse)
  • Stéphanie LE BRIZ-ORGEUR (Maîtresse de conférences HDR, Université de Nice, Rapporteure)
  • Marie BOUHAÏK-GIRONÈS (Chargée de recherche HDR CNRS, Délégation Paris Centre, Rapporteure)
  • Veronica BĂLAN (Professeure, Université de Bacău, Roumanie, Examinatrice)
  • Corinne DENOYELLE (Maîtresse de conférences HDR, Université Grenoble Alpes, Examinatrice)

13 juillet 2022 – 13h30

Saint-Martin-d’Hères – Domaine universitaire
Bâtiment Stendhal
Grande salle des colloques (aile G, 4e étage)

Soutenance de Camille Brouze le 10 juin 2022

“De viel porte voix et le ton” : corps et masques du vieillissement dans la poésie en français des XIVe et XVe siècles

Résumé

Ce travail s’intéresse aux représentations du vieillissement dans la poésie en français de la fin du Moyen Âge. Comparant les productions d’une dizaine de poètes parmi lesquels Eustache Deschamps, Charles d’Orléans, Michault Taillevent ou Jean Froissart, il analyse les raisons pour lesquelles le discours poétique devient à cette période le lieu privilégié de l’exposition de corps sénescents et plus particulièrement d’autoportraits en vieillard. Nous montrons comment cette incursion du grand âge dans un genre jusqu’ici voué à la jeunesse participe des mutations de la voix poétique dans l’histoire littéraire. Nous partons du postulat que, tout en se présentant comme une position de faiblesse, le masque du grand âge comporte en vérité des ressources intéressantes pour les poètes qui les exploitent et qui cherchent à faire valoir une supériorité.

La première partie se centre sur le corps vieillissant que se donnent les poètes, elle montre de quelles manières ils reconfigurent les savoirs à leur disposition, qui encadrent fortement la conception médiévale de la sénescence, pour produire un corps poétique marqué de singularité, y compris dans sa dimension la plus obscène.

La deuxième partie porte sur les rapports qu’entretiennent ces corps d’hommes avec une vieillesse au féminin à laquelle ils cèdent la parole. Tout en perpétuant une tradition de représentations très misogynes de la sénescence des femmes, les poètes font entendre des voix féminines moins comiques : en faisant de ces dernières les porte-paroles de leur esthétique, ils confèrent par le jeu de l’incarnation poétique une dignité aux vieillardes.

La dernière partie entend redéfinir les implications esthétiques et communicationnelles de l’identité poétique de sénescent. Nous établissons que le vieillissement tient une position particulière parmi les différents masques que les poètes peuvent adopter. S’il ne s’autorise pas toujours d’un ancrage biographique, il se définit par rapport à une morale des âges qui impose des devoirs et offre des bénéfices, portant au cœur des textes une charge affective plus forte destinée à toucher le lectorat. Les avantages d’un ethos sénescent apparaissent plus clairement à l’examen de deux types d’actes communicationnels : l’enseignement, porté par le discours didactique, et la requête, par laquelle les poètes avancent une demande. Notre étude entend ainsi remettre en question la négativité que le champ des aging studies associe à la notion de stéréotype, devenue sous la plume des poètes sénescents non plus une contrainte mais un atout.

Composition du jury

  • Estelle DOUDET (Professeure, Université Grenoble Alpes, Directrice de thèse)
  • Adrian ARMSTRONG (Professeur, Queen Mary University of London, Rapporteur)
  • Sylvie LEFÈVRE (Professeure, Sorbonne Université, Rapporteure)
  • Philippe MAUPEU (Maître de conférences, Université Toulouse 2 – Jean Jaurès, Examinateur)
  • Jean-Claude MÜHLETHALER (Professeur émérite, Université de Lausanne, Examinateur)
  • Fleur VIGNERON (Maîtresse de conférences, Université Grenoble Alpes, Examinatrice)

Le 10 juin 2022 à 13h30

Saint-Martin-d’Hères – Domaine universitaire
Bâtiment Stendhal
Grande salle des colloques (aile G, 4e étage)

Soutenance de thèse de Maxime Kamin

Représentations et poétiques du jeu dans la poésie française (langue d’oïl et d’oc) et latine du Moyen Âge (XIIe-XIIIe siècles)

le 22 octobre 2021
13h00
Université Grenoble Alpes
Salle des Actes (site Stendhal, bâtiment Z)
 
Résumé
L’historiographie et la critique littéraire sont longtemps restées indifférentes à la place que tiennent les jeux dans la culture médiévale. La raison tient sans doute à la tradition de défiance dont s’entourent les activités ludiques, au mieux considérées par les autorités ecclésiastiques et civiles comme un passe-temps insignifiant et secondaire, au pire comme une vaine et coupable distraction susceptible de nuire à l’ordre social. La difficulté que rencontre par ailleurs la recherche à préciser les limites conceptuelles de cette notion mouvante et plurielle explique aussi qu’elle n’accède que tardivement au rang d’objet d’étude, et échappe encore relativement à l’intérêt de la critique. Si l’historiographie littéraire a jusqu’à présent centré son attention sur la seule dimension récréative des loisirs médiévaux, les jeux ne peuvent cependant être relégués au statut de simples divertissements. Situant notre réflexion dans l’héritage des réflexions de Johan Huizinga et de Roger Caillois, nous avançons l’idée que le jeu, qui présente des points de rencontre avec le fonctionnement de la métaphore, se conçoit comme un outil d’analyse qui permet d’appréhender les codes et les valeurs qui structurent une société, d’orchestrer leur représentation et de leur assigner un sens.

Resserrant notre étude autour du XIIe et du XIIIe siècle, période qui nous paraît d’autant plus favorable qu’elle correspond également à un temps d’élaboration de la culture métaphorique en langue latine et française, nous nous proposons d’interroger les différents contenus conceptuels dont l’image du jeu soutient l’expression dans les lettres médiévales. Optant pour une approche comparatiste, nous confrontons les multiples variations de cette métaphore à travers un corpus d’œuvres qui mettent à l’honneur des auteurs qui se rattachent à différentes aires géographiques et culturelles. Si l’amour constitue notre premier champ d’analyse, en particulier centré sur la production poétique des trouvères, d’auteurs en langue d’oc et d’expression latine, notre réflexion se poursuit par l’examen des usages allégoriques du jeu d’échecs dans la poésie cléricale et savante, et du jeu de dés chez un poète comme Rutebeuf et dans les Carmina Burana. Notre dernière partie, enfin, interroge le rôle que tient le signifiant ludique pour désigner chez certains auteurs, en particulier chez Baudri de Bourgueil, la composition poétique elle-même. Notre travail de thèse entend ainsi comprendre comment les pratiques ludiques concourent dans les lettres médiévales à la formation d’un savoir sur les situations fondamentales de l’existence humaine, et comment se constitue leur fonction épistémique.

Composition du jury
  • Estelle DOUDET (Professeure, Université Grenoble Alpes, Directrice de thèse)
  • Joëlle DUCOS (Professeure, Sorbonne Université – Paris 4, Rapporteuse)
  • Mattia CAVAGNA (Professeur, Université Catholique de Louvain, Rapporteur)
  • Caterina MENICHETTI (Professeure associée, Université de Lausanne, Examinatrice)
  • Fleur VIGNERON (Maîtresse de conférences HDR, Université Grenoble Alpes, Examinatrice)
  • Amandine MUSSOU (Maîtresse de conférences, Université de Paris, Examinatrice)

Soutenance de Thèse 26 Septembre 2017 Laurence Picano-Doucet Écritures secrètes, écritures magiques. Imaginaire de la cryptographie dans la matière de Bretagne des XIIe et XIIIe siècles

26 Septembre 2017 Laurence Picano-Doucet Écritures secrètes, écritures magiques. Imaginaire de la cryptographie dans la matière de Bretagne des XIIe et XIIIe siècles

Sous la direction de Monsieur le professeur Philippe Walter

Litt&Art Composante ISA

d’infos ici