14 février 2024 – Conférence “Les lieux de la politique dans la capitale d’un royaume. Les seggi de Naples au XVe siècle” – 14h-16h- Grenoble, Domaine universitaire, Bât Michel Dubois – salle Annie Génovèse

24 janvier 2024 – Saint-Martin d’Hères – Domaine universitaire, MaCI, Salle 137, 17h30-19h30 – Séminaire doctoral de MAiGRE : Séance 3 : “Une nouvelle vie pour un genre “mort” : le roman de chevalerie dans la Bibliothèque bleue” par Pauline Saccol

Toute l’équipe de MAiGRE vous souhaite une excellente année 2024 et vous donne rendez-vous pour la troisième séance de son séminaire mensuel sur la thématique “La crise au Moyen Âge, le Moyen Âge en crise ? (Volume II)” le mercredi 24 janvier à 17h30 en présentiel à la MaCI salle 137 et en ligne sur Zoom (code : 724290).

Nous aurons le plaisir d’écouter Pauline Saccol, doctorante en deuxième année à l’Université Grenoble Alpes, au sein du laboratoire Litt&Arts. Son travail de thèse se consacre à la « Révisions textuelles et stratégies éditoriales. Le devenir du roman de chevalerie à l’entrée dans la Bibliothèque bleue », sous la direction de Pascale Mounier, professeure en langue et littératures du XVIe siècle. Elle s’intéresse particulièrement à l’histoire de l’édition, l’histoire du livre et l’histoire générique du roman de chevalerie. Son intervention pour le séminaire portera sur Une nouvelle vie pour un genre “mort” : le roman de chevalerie dans la Bibliothèque bleue . En voici le résumé :

La transition du Moyen Âge aux siècles classiques est souvent perçue comme une rupture radicale, marquée par l’éclipse des genres anciens au profit de nouvelles formes d’expression. Contre l’idée d’une « mort » des genres médiévaux au moment de la Renaissance, notre présentation se propose d’explorer le devenir d’un genre emblématique de l’univers littéraire médiéval : le roman de chevalerie. C’est au travers de l’étude du phénomène éditorial de la Bibliothèque bleue, qui met au jour des centaines de rééditions de romans de chevalerie entre le XVIIe et le XIXe siècle, que nous appréhenderons l’étonnante histoire de la survivance du genre.

Les romans de chevalerie qui connaissent un destin pérenne au sein de la collection sont au nombre de dix. Ces dix titres, d’origine médiévale, sont d’abord imprimés par les presses bleues au cours du XVIIe siècle, puis prospèrent dans la collection, et connaissent chacun une longue histoire éditoriale, pendant près de deux siècles. Les imprimeurs-libraires de la Bibliothèque bleue et les employés de leurs ateliers travaillent sur les textes, les retouchent, en adaptent la forme et le contenu, de manière à permettre aux histoires de ces romans de continuer à être lues et diffusées partout en France.

L’histoire du devenir du roman de chevalerie dans la Bibliothèque bleue démontre que le genre ne s’est pas éteint avec la fin du Moyen Âge, mais a continué à vivre, à évoluer, et à enrichir l’imaginaire collectif de la France provinciale.

 

17 janvier 2024 – 16h-18h – Grenoble – UGA- MSH salle Jacques Cartier – conférence d’Isabelle Rosé sur “Le mariage des prêtres, une hérésie? Genèse du nicolaïsme (Ier-XIe siècles)”

Informations complémentaires: https://luhcie.univ-grenoble-alpes.fr/rencontres/le-mariage-des-pretres-une-heresie-genese-du-nicolaisme-1er-xie-siecles/

1er février 2024 – Appel à communication : “Boucles, cercles et cycles” – 5e journée journée de rencontre interdisciplinaire des médiévistes de Grenoble

Les chercheur·euses de Grenoble ont le plaisir de vous annoncer la préparation de leur 5e journée d’études des médiévistes, consacrée cette année aux “Boucles, cercles et cycles”. Elle aura lieu le 31 mai 2024, à l’UGA, salle Jacques Cartier (Maison des langues et des cultures). Les propositions de communication sont à envoyer pour le 1er février. Les communications dureront 20 mn et seront suivies de questions.
Comme les années précédentes, l’objectif est de permettre des rencontres chaleureuses où nous pourrons partager nos recherches quelles que soient nos disciplines d’origine. 
 
Voici l’appel à communication :
 
 

12 décembre 2023 – en ligne – 17h30-19h30 – Séminaire doctoral de MAiGRE : Séance 2 : “La « crise » d’Hersant : voix féminine ventriloquée dans Renart le Contrefait” par Madeline Tessier

MAiGRE vous donne rendez-vous pour la deuxième séance de son séminaire mensuel de l’année universitaire 2023-2024 sur la thématique “La crise au Moyen Âge, le Moyen Âge en crise ? (Volume II)” le mardi 12 novembre à 17h30 en format en ligne sur Zoom (code : 724290).

Nous aurons le plaisir d’écouter Madeline Tessier, étudiante à la maîtrise à l’Université McGill, département de littérature française, création et traduction, qui nous parlera de La « crise » d’Hersant : voix féminine ventriloquée dans Renart le Contrefait. Voici le résumé de son intervention prochaine : 

 
On a assez peu parlé du roman singulier que constitue Renart le Contrefait, une œuvre du XIVsiècle que l’on « redécouvre » encore (Baker et al., 2014), notamment depuis l’édition qu’en a fournie Corinne Pierreville en 2020. Notre communication entend se concentrer sur une particularité de l’œuvre qui a jusqu’ici assez peu interpelé la critique : à même ce mundus inversus où les « bêtes » s’approprient les traits d’humains, Hersant la louve — dans un passage que l’on peut considérer comme une véritable crise — renverse à son tour l’ordre du monde et résistent aux prescriptions de la doxa de l’époque (douceur, tempérance et obéissance) (Casagrande, 1991). Bouleversant les conceptions identitaires du genre, ce personnage féminin ira jusqu’à affirmer qu’elle « deüsse un hons [homme] estre » (v. 1150). Si ces mots surprennent par leur apparente modernité, une lecture approfondie du Contrefait montre que le texte hérite néanmoins des vues misogynes du milieu clérical et des recommandations de la pastorale de son temps sur la conduite féminine. Les paroles « novatrices » des femmes serviraient-elles alors à rapporter le discours phallocrate ambiant, donnant entre autres vie à la « malle femme » dont se plaint Matheolus au XIIsiècle? Nous nous proposons d’étudier les mécanismes qui permettent selon nous au narrateur-auteur du Contrefait de faire parler le « féminin » tout en en usurpant la voix. Il s’agira surtout de considérer ce témoignage de ventriloquie ou bien de travestisment discursif comme une manifestation d’ambiguïté narrative, le narrateur-auteur du roman s’appropriant les traits de la persona féminine d’Hersant afin de dire autrement sa misogynie et ainsi de réduire la femme au silence.

24 novembre 2023 – Saint-Martin d’Hères – Domaine universitaire, Maison des langues et des cultures, salle Jacques Cartier, 9h45-16h – Journée d’études sur le programme de l’agrégation de Lettres modernes : “Peut-on rire de tout ? Les fabliaux”, organisée par Corinne Denoyelle

23 novembre 2023 – Saint-Martin d’Hères – Domaine universitaire, MaCI, Salle 137, 17h30-19h30 – Séminaire doctoral de MAiGRE : Séance 1 : “Crises et sortie de crise dans la Chronique Française de Guillaume Cretin” par Ellen Delvallée

MAiGRE vous donne rendez-vous pour la première séance de son séminaire mensuel de l’année universitaire 2023-2024 sur la thématique “La crise au Moyen Âge, le Moyen Âge en crise ? (Volume II)” le jeudi 23 novembre à 17h30 en format hybride, sur place en salle de réunion 137 de la MaCI sur le campus de Grenoble (Maison de l’Innovation et de la Création, 339 Av. Centrale, 38400 Saint-Martin-d’Hères) ou en ligne sur Zoom.

 

Nous aurons le plaisir d’écouter Ellen Delvallée, chargée de recherche CNRS (UMR Litt&Arts, Université Grenoble Alpes), spécialiste de la poésie de cour et de l’historiographie à la frontière du Moyen Âge et de la Renaissance, qui nous parlera des “Crises et sortie de crise dans la Chronique Française de Guillaume Cretin“. En voici un petit aperçu : 

À la demande de François Ier, Guillaume Cretin entreprend en 1515 la rédaction d’une grande chronique de l’histoire de France entièrement en vers. Le poète s’éteint cependant en 1525 en n’ayant achevé que cinq des douze livres projetés. Au fil des livres de la Chronique française, Cretin donne à lire la crise personnelle qu’il traverse : il se rend bien compte que sa vieillesse et la maladie l’empêcheront de terminer son oeuvre. Ce constat s’accompagne, dans les prologues des différents livres, d’une autre crise : celle de la cohabitation difficile du vers et de l’histoire, peu usuelle à cette époque et toujours sujette à des justifications diverses.
 
La communication entend montrer que Cretin, conscient de ces deux crises, envisage une sortie de crise commune : celle d’une réorientation générique de l’oeuvre. Prenant acte de l’inachèvement de sa chronique qui se profile, le poète modifie le centre de gravité générique de son texte, qui passe d’une chronique historiographique avec des vers en surcroît, à un poème historique, épopée inédite prenant des épisodes de l’histoire de France comme sujet. La communication montrera que cette bascule du genre de l’oeuvre n’est pas sans conséquences sur la diffusion et la réception de la Chronique française et que les deux crises conjoncturelles que sont la maladie du poète et la cohabitation du vers et de l’histoire mettent en crise, en retour, notre perception des catégories structurantes comme le “Moyen Âge” et la “Renaissance”.

16-17 novembre 2023 – Paris, Sorbonne Université, Salle des Actes, Salle des Actes & Marne-la-Vallée, Université Gustave Eiffel, Auditorium Georges Perec, 9h30-18h – Colloque “Bien consommer. Les consommations légitimes dans les villes médiévales (XIIe-XVIe siècle)”

Ce colloque a pour but d’interroger la notion de consommation légitime dans les cités médiévales entre le XIIe et le XVIe siècle. Qu’est-ce que la, ou plutôt les bonnes consommations ? Qui est légitime à dire la frontière entre l’indispensable et le superflu ? Pourquoi cette capacité à dire la norme devient-elle de plus en plus cruciale dans des mondes urbains en mutation rapide ? Le colloque sera particulièrement attentif à mener une approche comparatiste entre les différents espaces de l’Occident médiéval (Italie, péninsule ibérique, France, Angleterre, Pays-Bas, Empire…).

La 1re discussion du colloque portant sur la thématique “De l’essentiel et du superflu : fixer la limite” sera présidée par Ilaria Taddei, professeure d’histoire médiévale à l’Université Grenoble Alpes et directrice du LUHCIE (Laboratoire Universitaire Histoire Cultures Italie Europe) et comptera l’intervention de Vincent Alleau, doctorant contractuel en histoire médiévale sous la direction d’Ilaria Taddei et membre de MAiGRE : “Consommer en temps de crise. La production et la consommation de biens sous le pontificat de Martin V (1417-1431)” (jeudi 16 novembre, 11h15-11h45).

Plus d’informations dans le programme.

2023-2024 – Saint-Martin d’Hères – Domaine universitaire, MaCI, Salle 137, 17h30-19h30 – Séminaire doctoral de MAiGRE : “La crise au Moyen Âge, le Moyen Âge en crise ?” (Volume II, 2023-24)

Les membres de MAiGre ont le plaisir de vous communiquer le programme séminaire doctoral mensuel pour l’année universitaire 2023-24 consistant en la poursuite de leur réflexion sur la thématique de la crise au Moyen Âge, amorcée lors de l’année universitaire 2022-23. 

Si la crise est un sujet actuel, il pose d’emblée problème car le terme n’apparaît qu’à la fin du Moyen Âge dans un emploi très spécifique, recensé en 1478 sous la forme latine crisim « décision ; phase aiguë d’une maladie ». Ce n’est qu’au XVIIe siècle que le mot prend le sens de « moment de tension psychologique où l’énervement ou les passions sont à leur comble », puis par extension « phase grave qui traverse la politique, les affaires ». Pourtant le Moyen Âge, par sa durée et son foisonnement, s’en trouve indéniablement ponctué. Cette longue période est traversée par de nombreux bouleversements politiques, religieux, scientifiques ou encore philosophiques qui ont modelé l’histoire et trouvent leur expression dans les arts et les lettres. En l’absence de terme pour nommer ces « phases graves », comment les crises ont-elles été perçues, questionnées voire dépassées par les hommes et les femmes du Moyen Âge ? L’appellation même de « Moyen Âge » pose question et son intégrité temporelle ne cesse d’être redéfinie dans la lignée de Johan Huizinga et de Jacques Le Goff. Qu’appelle-t-on « âge moyen » dans nos civilisations ? Le Moyen Âge est-il totalement clos sur lui-même ? La Renaissance marque-t-elle une rupture définitive ?

Autant de questionnements qui ont guidé nos échanges, riches de notre interdisciplinarité et d’approches définitionnelles variées, depuis la crise narrative dans les romans médiévaux tels que Perceforest, le Roman de Renart ou Tristan et Yseult à la rupture chronologique et épistémique dans les traités agricoles de la fin du Moyen Âge, en passant par l’étude du Grand Schisme d’Occident. Nous avons attendons nombreux·ses pour poursuivre ces réflexions, en présenciel à l’UGA ou en hybride sur Zoom : https://univ-grenoble-alpes-fr.zoom.us/s/91313577354 (code : 724290).

26-27 octobre 2023 – Lyon – MSH de Lyon, espace Marc Bloch, 9h30-17h30 – Journées d’études doctorales du CIHAM : “Fin(s) et rupture(s) au Moyen Âge”

La fin correspond à un achèvement, la fin d’un état et le jugement de toute chose. Au Moyen Âge, la société se construit autour d’une grande fin programmée, de nature religieuse, dont ce colloque propose de prendre le contre-pied.
L’objectif est d’étudier les fins pour saisir leur place dans l’ensemble des dimensions des mondes médiévaux. En nuançant cet arrêt de toute chose, nous proposons d’intégrer également les ruptures : ces interruptions, ces suspensions du temps et des actions des hommes qui souvent ne sont pas irrémédiables.

Dans le cadre de ces journées doctorales, les membres de MAiGRE viendront présenter les réflexions et conclusions du séminaire doctoral “La crise au Moyen Âge, le Moyen Âge en crise ?” (Volume I, 2022-23) : Émilie DEMOUSELLE (Université Grenoble Alpes), Lucas FLANDRE (Université Grenoble Alpes, Université catholique de Louvain)

Comité d’organisation
Davide ARUTA, Tomasz DALEWSKI, Laure DOMONT, Clara LENNE, Nicolas MAZEL.

Comité scientifique
Guido CASTELNUOVO (Avignon Université), Frédéric DUPLESSIS (ENS de Lyon), Marie-Pascale HALARY (Université Lyon 2), Marie-Céline ISAÏA (Université Lyon 3), Francesco MONTORSI (Université Lyon 2), Marylène POSSAMAÏ-PÉREZ (Université Lyon 2)

18 octobre 2023 – Saint-Martin-d’Hères – Domaine universitaire, Maison des Langues, Salle Jacques Cartier, 16h-18h – Séminaire des doctorants du LUHCIE : “Circulations, hommes, objets, savoirs et altérités”

Cette séance introductive du séminaire des doctorants du LUHCIE, intitulé cette année Circulations, hommes, objets, savoirs et altérités, sera consacrée à la pratique des archives.
Informations complémentaires : https://arsh.univ-grenoble-alpes.fr/fr/menu-principal/vie-de-l-ufr/actualites-/agenda/circulations-hommes-objets-savoirs-et-alterites-archives-et-historiens-retours-d-experiences–1305073.kjsp

Publication

“Définition(s), perceptions et représentations de la catastrophe (XIVe-XVIIIe siècle)”, Cécile Terreaux-Scotto, Elise Leclerc et Serge Stolf (dir.), Cahier d’études Italiennes, n°37, 2023

Informations complémentaires : https://luhcie.univ-grenoble-alpes.fr/publications-travaux/definitions-perceptions-et-representations-de-la-catastrophe-xive%e2%80%91xviiie-siecle/

10 octobre 2023 – Grenoble, campus universitaire, Bât. Michel Dubois, salle Annie Genovese, 14h-16h – conférence “Accueil et mobilité aristocratique. Les formes de l’intégration dans les Seggi de Naples au Moyen Âge (XIIe-XVIe siècle)” par Monica Santangelo