Archives par étiquette : histoire

21 février 2024 – EN LIGNE – Séminaire doctoral de MAiGRE : Séance 4 : “Augustin, un médiéviste ? – De la notion d’un « augustinisme politique » médiéval à la philosophie de l’histoire d’Augustin lui-même” par Rémi Leroy

L’équipe de MAiGRE vous donne rendez-vous pour la quatrième séance de son séminaire mensuel sur la thématique “La crise au Moyen Âge, le Moyen Âge en crise ? (Volume II)” le mercredi 21 février à 17h30 en ligne sur Zoom (code : 724290).

Nous aurons le plaisir d’écouter Rémi Leroy, doctorant en 4e année de thèse de philosophie à l’Institut de Philosophie de Grenoble. Son travail de thèse se consacre à “La question théologico-politique chez Augustin et Farabi”. Son intervention dans le cadre du séminaire s’intitulera Augustin, un médiéviste ? – De la notion d’un “augustinisme politique” médiéval à la philosophie de l’histoire d’Augustin lui-même
En voici le résumé : 
 

L’historiographie contemporaine se propose de redécouvrir la fin de l’Antiquité, conçue non plus comme l’annonce d’un « âge sombre » et d’une brusque rupture vers le Moyen Age, mais comme une évolution progressive dénommée « Antiquité tardive ». Au sein de cette période, Augustin (354-430) est dès lors vu comme une expression particulièrement flamboyante de l’Antiquité tardive (BROWN, 2001) et non plus comme une figure de la « fin de la culture antique » (MARROU, 1949) comme le défendit Marrou avant de se rétracter (MARROU, 2003).

Sans dénier l’apport majeur de la revalorisation de l’Antiquité tardive, cette communication visera à étudier un angle nouveau : si Augustin est assurément un homme de l’Antiquité, n’est-il pas possible de voir en lui simultanément un homme médiéval, par sa philosophie de l’histoire, un des précurseurs et des théoriciens, à la faveur des crises de son époque dont il se fait l’interprète (notamment le sac de Rome en 410 point de départ de l’ouvrage La cité de Dieu) de l’entrée dans un nouvel âge, que nous appellerons ensuite  « Moyen Age » ? Comment Augustin peut-il nous aider à réfléchir sur la dynamique qui traverse cette période qui semble n’être appelée parfois que par défaut, comme un milieu entre deux cimes, « Moyen Age » ? Augustin peut-il nous dire quelque chose de la conscience d’eux-mêmes des hommes médiévaux, de leur rapport au temps et à l’histoire ?

Cette analyse requiert dès lors de comprendre autrement ce que l’on a dénommé « augustinisme politique » (ARQUILLIERE, 1934) dans la continuité des études augustiniennes contemporaines (SOLIGNAC et TARDIVEL, 2021) et, sur le plan historique, dans la continuité du rôle déterminant donnée par les études récentes à l’Eglise dans l’évolution du Moyen Age (MAZEL, 2021).

23 novembre 2023 – Saint-Martin d’Hères – Domaine universitaire, MaCI, Salle 137, 17h30-19h30 – Séminaire doctoral de MAiGRE : Séance 1 : “Crises et sortie de crise dans la Chronique Française de Guillaume Cretin” par Ellen Delvallée

MAiGRE vous donne rendez-vous pour la première séance de son séminaire mensuel de l’année universitaire 2023-2024 sur la thématique “La crise au Moyen Âge, le Moyen Âge en crise ? (Volume II)” le jeudi 23 novembre à 17h30 en format hybride, sur place en salle de réunion 137 de la MaCI sur le campus de Grenoble (Maison de l’Innovation et de la Création, 339 Av. Centrale, 38400 Saint-Martin-d’Hères) ou en ligne sur Zoom.

 

Nous aurons le plaisir d’écouter Ellen Delvallée, chargée de recherche CNRS (UMR Litt&Arts, Université Grenoble Alpes), spécialiste de la poésie de cour et de l’historiographie à la frontière du Moyen Âge et de la Renaissance, qui nous parlera des “Crises et sortie de crise dans la Chronique Française de Guillaume Cretin“. En voici un petit aperçu : 

À la demande de François Ier, Guillaume Cretin entreprend en 1515 la rédaction d’une grande chronique de l’histoire de France entièrement en vers. Le poète s’éteint cependant en 1525 en n’ayant achevé que cinq des douze livres projetés. Au fil des livres de la Chronique française, Cretin donne à lire la crise personnelle qu’il traverse : il se rend bien compte que sa vieillesse et la maladie l’empêcheront de terminer son oeuvre. Ce constat s’accompagne, dans les prologues des différents livres, d’une autre crise : celle de la cohabitation difficile du vers et de l’histoire, peu usuelle à cette époque et toujours sujette à des justifications diverses.
 
La communication entend montrer que Cretin, conscient de ces deux crises, envisage une sortie de crise commune : celle d’une réorientation générique de l’oeuvre. Prenant acte de l’inachèvement de sa chronique qui se profile, le poète modifie le centre de gravité générique de son texte, qui passe d’une chronique historiographique avec des vers en surcroît, à un poème historique, épopée inédite prenant des épisodes de l’histoire de France comme sujet. La communication montrera que cette bascule du genre de l’oeuvre n’est pas sans conséquences sur la diffusion et la réception de la Chronique française et que les deux crises conjoncturelles que sont la maladie du poète et la cohabitation du vers et de l’histoire mettent en crise, en retour, notre perception des catégories structurantes comme le “Moyen Âge” et la “Renaissance”.

16-17 novembre 2023 – Paris, Sorbonne Université, Salle des Actes, Salle des Actes & Marne-la-Vallée, Université Gustave Eiffel, Auditorium Georges Perec, 9h30-18h – Colloque “Bien consommer. Les consommations légitimes dans les villes médiévales (XIIe-XVIe siècle)”

Ce colloque a pour but d’interroger la notion de consommation légitime dans les cités médiévales entre le XIIe et le XVIe siècle. Qu’est-ce que la, ou plutôt les bonnes consommations ? Qui est légitime à dire la frontière entre l’indispensable et le superflu ? Pourquoi cette capacité à dire la norme devient-elle de plus en plus cruciale dans des mondes urbains en mutation rapide ? Le colloque sera particulièrement attentif à mener une approche comparatiste entre les différents espaces de l’Occident médiéval (Italie, péninsule ibérique, France, Angleterre, Pays-Bas, Empire…).

La 1re discussion du colloque portant sur la thématique “De l’essentiel et du superflu : fixer la limite” sera présidée par Ilaria Taddei, professeure d’histoire médiévale à l’Université Grenoble Alpes et directrice du LUHCIE (Laboratoire Universitaire Histoire Cultures Italie Europe) et comptera l’intervention de Vincent Alleau, doctorant contractuel en histoire médiévale sous la direction d’Ilaria Taddei et membre de MAiGRE : “Consommer en temps de crise. La production et la consommation de biens sous le pontificat de Martin V (1417-1431)” (jeudi 16 novembre, 11h15-11h45).

Plus d’informations dans le programme.

Les archives communales. Institutions et vie quotidienne.

Conférence donnée par
Marta MATERNI,
chercheur au laboratoire LUHCIE,
Marie Curie Fellowship.

Jeudi 8 mars 2018
16h00-18h00

Salle B1 – Bat. ARSH
1281 avenue centrale
Domaine universitaire de Grenoble Tram ligne B
Arrêt Bibliothèques universitaires

Entrée libre

 

 

 

Les villes médiévales italiennes et françaises (surtout celles du Sud) connaissent, dès le XIIIe siècle, l’essor des Reformationes, une documentation exceptionnelle pour analyser l’organisation institutionnelle et la vie quotidienne des Communes. Cette conference entend montrer les traits constitutifs et les potentialités des Reformationes. On illustrera cette typologie documentaire à partir de l’étude d’un cas précis : la reconstruction du système de l’enseignement élémentaire et universitaire de la ville de Viterbe au XVIe siècle. Il s’agira enfin de présenter le projet d’application des Humanités Numériques concernant cette documentation normative.