Archives par étiquette : littérature

24 janvier 2024 – Saint-Martin d’Hères – Domaine universitaire, MaCI, Salle 137, 17h30-19h30 – Séminaire doctoral de MAiGRE : Séance 3 : “Une nouvelle vie pour un genre “mort” : le roman de chevalerie dans la Bibliothèque bleue” par Pauline Saccol

Toute l’équipe de MAiGRE vous souhaite une excellente année 2024 et vous donne rendez-vous pour la troisième séance de son séminaire mensuel sur la thématique “La crise au Moyen Âge, le Moyen Âge en crise ? (Volume II)” le mercredi 24 janvier à 17h30 en présentiel à la MaCI salle 137 et en ligne sur Zoom (code : 724290).

Nous aurons le plaisir d’écouter Pauline Saccol, doctorante en deuxième année à l’Université Grenoble Alpes, au sein du laboratoire Litt&Arts. Son travail de thèse se consacre à la « Révisions textuelles et stratégies éditoriales. Le devenir du roman de chevalerie à l’entrée dans la Bibliothèque bleue », sous la direction de Pascale Mounier, professeure en langue et littératures du XVIe siècle. Elle s’intéresse particulièrement à l’histoire de l’édition, l’histoire du livre et l’histoire générique du roman de chevalerie. Son intervention pour le séminaire portera sur Une nouvelle vie pour un genre “mort” : le roman de chevalerie dans la Bibliothèque bleue . En voici le résumé :

La transition du Moyen Âge aux siècles classiques est souvent perçue comme une rupture radicale, marquée par l’éclipse des genres anciens au profit de nouvelles formes d’expression. Contre l’idée d’une « mort » des genres médiévaux au moment de la Renaissance, notre présentation se propose d’explorer le devenir d’un genre emblématique de l’univers littéraire médiéval : le roman de chevalerie. C’est au travers de l’étude du phénomène éditorial de la Bibliothèque bleue, qui met au jour des centaines de rééditions de romans de chevalerie entre le XVIIe et le XIXe siècle, que nous appréhenderons l’étonnante histoire de la survivance du genre.

Les romans de chevalerie qui connaissent un destin pérenne au sein de la collection sont au nombre de dix. Ces dix titres, d’origine médiévale, sont d’abord imprimés par les presses bleues au cours du XVIIe siècle, puis prospèrent dans la collection, et connaissent chacun une longue histoire éditoriale, pendant près de deux siècles. Les imprimeurs-libraires de la Bibliothèque bleue et les employés de leurs ateliers travaillent sur les textes, les retouchent, en adaptent la forme et le contenu, de manière à permettre aux histoires de ces romans de continuer à être lues et diffusées partout en France.

L’histoire du devenir du roman de chevalerie dans la Bibliothèque bleue démontre que le genre ne s’est pas éteint avec la fin du Moyen Âge, mais a continué à vivre, à évoluer, et à enrichir l’imaginaire collectif de la France provinciale.

 

24 novembre 2023 – Saint-Martin d’Hères – Domaine universitaire, Maison des langues et des cultures, salle Jacques Cartier, 9h45-16h – Journée d’études sur le programme de l’agrégation de Lettres modernes : “Peut-on rire de tout ? Les fabliaux”, organisée par Corinne Denoyelle

23 novembre 2023 – Saint-Martin d’Hères – Domaine universitaire, MaCI, Salle 137, 17h30-19h30 – Séminaire doctoral de MAiGRE : Séance 1 : “Crises et sortie de crise dans la Chronique Française de Guillaume Cretin” par Ellen Delvallée

MAiGRE vous donne rendez-vous pour la première séance de son séminaire mensuel de l’année universitaire 2023-2024 sur la thématique “La crise au Moyen Âge, le Moyen Âge en crise ? (Volume II)” le jeudi 23 novembre à 17h30 en format hybride, sur place en salle de réunion 137 de la MaCI sur le campus de Grenoble (Maison de l’Innovation et de la Création, 339 Av. Centrale, 38400 Saint-Martin-d’Hères) ou en ligne sur Zoom.

 

Nous aurons le plaisir d’écouter Ellen Delvallée, chargée de recherche CNRS (UMR Litt&Arts, Université Grenoble Alpes), spécialiste de la poésie de cour et de l’historiographie à la frontière du Moyen Âge et de la Renaissance, qui nous parlera des “Crises et sortie de crise dans la Chronique Française de Guillaume Cretin“. En voici un petit aperçu : 

À la demande de François Ier, Guillaume Cretin entreprend en 1515 la rédaction d’une grande chronique de l’histoire de France entièrement en vers. Le poète s’éteint cependant en 1525 en n’ayant achevé que cinq des douze livres projetés. Au fil des livres de la Chronique française, Cretin donne à lire la crise personnelle qu’il traverse : il se rend bien compte que sa vieillesse et la maladie l’empêcheront de terminer son oeuvre. Ce constat s’accompagne, dans les prologues des différents livres, d’une autre crise : celle de la cohabitation difficile du vers et de l’histoire, peu usuelle à cette époque et toujours sujette à des justifications diverses.
 
La communication entend montrer que Cretin, conscient de ces deux crises, envisage une sortie de crise commune : celle d’une réorientation générique de l’oeuvre. Prenant acte de l’inachèvement de sa chronique qui se profile, le poète modifie le centre de gravité générique de son texte, qui passe d’une chronique historiographique avec des vers en surcroît, à un poème historique, épopée inédite prenant des épisodes de l’histoire de France comme sujet. La communication montrera que cette bascule du genre de l’oeuvre n’est pas sans conséquences sur la diffusion et la réception de la Chronique française et que les deux crises conjoncturelles que sont la maladie du poète et la cohabitation du vers et de l’histoire mettent en crise, en retour, notre perception des catégories structurantes comme le “Moyen Âge” et la “Renaissance”.

“Le Laboratoire du roman : Le Chevalier au lion de Chrétien de Troyes”

Les actes de la journée d’étude organisée en décembre dernier sont à présent disponibles sur le site de l’Ouvroir Litt&Arts.

Vous pourrez y consulter les articles de Estelle Doudet, Philippe Walter, Corinne Pierreville, Danièle James-Raoul et Corinne Denoyelle.